En plus de conduire son véhicule de façon dangereuse sur un chantier routier dans le Canton d’Orford, le multirécidiviste de l’alcool au volant Marcel Boisvert le faisait en état d’ébriété sans avoir le droit de conduire jusqu’en 2025. L’incident s’est déroulé sur un chantier de plusieurs kilomètres de la route 220 dans le Canton d’Orford près du chemin de la Sucrerie.

Signaleuse heurtée : un multirécidiviste de l’alcool épinglé

En plus de conduire son véhicule de façon dangereuse sur un chantier routier dans le Canton d’Orford, le multirécidiviste de l’alcool au volant Marcel Boisvert le faisait en état d’ébriété sans avoir le droit de conduire jusqu’en 2025.

L’individu a non seulement conduit rapidement, mais il a heurté une signaleuse routière présente sur le chantier. Elle a subi des blessures mineures.

Marcel Boisvert de Valcourt a déjà été condamné en 1990 pour conduite dangereuse causant la mort à Granby.

Mercredi, l’homme de 57 ans a été accusé de conduite dangereuse, de conduite d’un véhicule avec un taux d’alcoolémie dépassant la limite permise de 80 milligrammes par 100 millilitres de sang et de conduite durant une interdiction devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

L’incident s’est déroulé, mardi, vers 16 h 40 sur un chantier de plusieurs kilomètres de la route 220 dans le Canton d’Orford, près du chemin de la Sucrerie.

« Les indications étaient très claires. Selon la version des témoins, peu avant l’événement, le véhicule circulait trop rapidement dans la voie réservée aux employés du chantier et dépassait les véhicules qui suivaient la navette. Le conducteur fautif avait alors été avisé par un responsable, mais a récidivé peu de temps après », a indiqué le porte-parole de la Régie de police Memphrémagog, Mickaël Laroche.

Les policiers ont arrêté le suspect à la suite d’une courte enquête. Une fois au quartier général de la Régie de police Memphrémagog, il a enregistré un taux d’alcoolémie dépassant de deux fois la limite permise.

Pour cette conduite vraisemblablement téméraire, cet individu de Valcourt a passé la nuit de mardi en mercredi en détention. Son véhicule Jaguar 2004 a été confisqué.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux s’est opposée à sa remise en liberté.

Marcel Boisvert était sous le coup d’une interdiction de conduire de dix ans imposée en 2015.

Il possède six antécédents judiciaires en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool.

Son avocat Me Jean-Guillaume Blanchette a reporté le dossier à jeudi, pour la tenue de l’enquête sur remise en liberté.

« Mon client m’a remis un permis de conduite délivré par la SAAQ qui est valide depuis mars 2018. Après une année d’interdiction de conduire complète, il avait pu recommencer à conduire en 2016 avec un antidémarreur avec éthylomètre. En mars dernier, il a reçu un avis pour l’informer qu’il n’avait plus besoin de cette machine. Son permis était valide », soutient Me Blanchette.

Sécurité des signaleurs

Le président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec (ATSRQ) Jean-François Dionne estime que la sécurité des signaleurs doit être renforcée.

« L’ajout de barrières sur les chantiers routiers devrait être obligatoire en tout temps. Elles permettraient au signaleur qui se trouve derrière d’être en sécurité étant donné que les automobilistes doivent s’y arrêter complètement », signale M. Dionne.

Il croit que les policiers pourraient être mieux formés en matière de sécurité entourant la signalisation sur les chantiers.

« La CNESST devrait aussi augmenter la présence d’inspecteurs sur les chantiers. Certains signaleurs ne portent pas l’uniforme et les entrepreneurs laissent aller. Ça n’aide pas », estime Jean-François Dionne.

Cet accident avec un signaleur est le deuxième à survenir en région au cours des dernières semaines.

À la fin mai, une signaleuse s’est fait happer par un véhicule à l’intersection des rues Thibault et Belvédère Sud à Sherbrooke. Elle n’a pas été blessée au contact avec le véhicule, mais c’est lors de sa chute au sol qu’elle s’est fait le plus mal.

En novembre 2017, à Bonsecours, Michel Carmel, un signaleur de 60 ans, avait trouvé la mort lorsqu’il avait été happé par une conductrice. Catherine Geoffroy de Sainte-Catherine-de-Hatley a été accusée d’homicide involontaire, délit de fuite, conduite dangereuse et voies de fait armés dans cette affaire.