Signaleuse happée: Boisvert plaidera coupable

L’individu qui a happé une signaleuse routière sur un chantier de construction cette semaine dans le Canton d’Orford plaidera coupable à une septième récidive pour alcool au volant.

Marcel Boisvert de Valcourt entend cependant contester l’accusation de conduite dangereuse qui a été déposée contre lui. Le dossier de l’individu de 57 ans était de retour, vendredi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Lire aussi: Un multirécidiviste de l’alcool épinglé

L’accusé n’était pas présent au tribunal. Son procès pour la conduite dangereuse sera fixé le 27 juin prochain.
Quatre heures de procès seront réservées.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux a annoncé qu’elle assignera à la barre deux témoins civils et un témoin policier lors du procès.

La défense contestera la conduite pendant une interdiction étant donné que la SAAQ avait délivré un permis sans condition à l’accusé même s’il était sous le coup d’une interdiction de conduire pour dix ans.

L’avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette a annoncé que le taux d’alcoolémie qui dépasse de deux fois la limite permise ne sera pas contesté. Un plaidoyer de culpabilité sera enregistré par Boisvert pour avoir conduit son véhicule alors que son taux d’alcoolémie dépassait 80 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang.

« Sur la conduite dangereuse, monsieur aura des explications à donner. Il va témoigner sur cette accusation », a expliqué Me Blanchette.

Ce dernier a convenu devant le tribunal que Marcel Boisvert risque une longue peine d’incarcération. Il a déjà été condamné à douze mois de prison pour conduite durant une interdiction.

C’est en se basant essentiellement sur ses antécédents judiciaires et pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice que le juge a ordonné la détention de Boisvert pour la durée des procédures judiciaires.

Lors de l’enquête sur remise en liberté, Boisvert avait offert de se rendre en thérapie, mais le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec n’a pas retenu cette option.

Lors de l’événement, l’individu conduisait vraisemblablement rapidement. Il a heurté une signaleuse routière présente sur le chantier de la route 220 dans le Canton d’Orford. Elle a subi des blessures mineures.

Marcel Boisvert a déjà été condamné en 1990 pour conduite dangereuse causant la mort à Granby. Boisvert était sous le coup d’une interdiction de conduire de dix ans imposée en 2015.

Il possède six antécédents judiciaires en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool.