Valérie Massicotte, personne-ressource désignée en matière de violences à caractère sexuel au Cégep de Sherbrooke, est accompagnée d’Olivier Roy, agent en sécurité des milieux au Service de police de Sherbrooke (SPS).

Semaine de prévention des violences sexuelles au Cégep

Le Cégep de Sherbrooke tient une semaine complète de prévention des violences à caractère sexuel.

Avec la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur, le Cégep de Sherbrooke devait se doter d’une politique pour contrer ce type de violences. Celle-ci, qui est entrée en vigueur à la rentrée scolaire, oblige les établissements à faire de la prévention et de la sensibilisation en cette matière. « On aurait pu se limiter à installer des affiches ou à proposer une exposition d’une journée présentant quelques kiosques. On a décidé d’y aller pour une semaine entière. On voulait créer un événement majeur, qui se démarque par l’originalité et la pertinence de ses activités », indique Valérie Massicotte, personne-ressource désignée en matière de violences à caractère sexuel.

Les étudiants peuvent notamment en apprendre davantage sur les différentes formes d’agression sexuelle.

Différents partenaires se sont greffés au projet, dont le Service de police de Sherbrooke (SPS) et Les langues baladeuses, une troupe de théâtre de Montréal, qui a offert des prestations. La programmation prévoit aussi une exposition présentant les vêtements portés par des victimes de violences sexuelles lors de leur agression. L’exposition dévoile du même coup les témoignages écrits et anonymes des victimes : l’objectif est de permettre à la communauté étudiante de mieux discerner les idées préconçues que les gens peuvent se faire concernant les vêtements à porter et à ne pas porter pour éviter les agressions. Cette activité est inspirée de l’événement What where you wearing, un projet artistique créé en 2013 aux États-Unis.