Le coroner Gilles Sainton a interpellé le ministère des Transports du Québec en septembre 2018 pour « réévaluer la configuration de cette intersection afin d’apporter les modifications nécessaires à une meilleure visibilité tant pour les usagers circulant sur la route 249 que celle des usagers circulant sur les chemins du Moulin et Bouffard ».

Sécurité de la route 249 : «Le dossier ne bouge pas vite»

La conjointe d’une victime de la route déplore la lenteur dans l’application des modifications recommandées par un coroner à la suite du décès de Stéphane Poulin à l’intersection du chemin du Moulin et de la route 249 à Saint-Denis-de-Brompton.

En matinée, le 27 octobre 2017, M. Poulin a perdu la vie lorsque la moto sur laquelle il prenait place a été happée par un véhicule utilitaire sport (VUS).

À LIRE AUSSI: Accident mortel à St-Denis: le coroner interpelle le MTQ

« On dirait qu’ils attendent qu’il y ait un autre mort avant de sécuriser cette intersection. C’est un endroit vraiment dangereux. Il doit y avoir une réduction de la vitesse et des clignotants doivent être installés », estime Marie-Josée Pinette.

Le ministère des Transports du Québec avait été interpellé par le coroner Gilles Sainton en septembre 2018 pour « réévaluer la configuration de cette intersection afin d’apporter les modifications nécessaires à une meilleure visibilité tant pour les usagers circulant sur la route 249 que celle des usagers circulant sur les chemins du Moulin et Bouffard ».

La conjointe de Stéphane Poulin est retournée sur les lieux du drame à quelques reprises, notamment pour y planter une croix et y déposer des fleurs.

« Même à 90 km/h les automobilistes nous poussent dans le derrière. En moto, ça demeure très dangereux. Le dossier ne bouge pas vite même si le coroner a émis ses recommandations en septembre 2018 et que l’accident est survenu en octobre 2017 », soulève Mme Pinette.

Étude de sécurité

Une étude de sécurité a été demandée par la direction de Transports Québec en Estrie.

La porte-parole du MTQ en Estrie, Nomba Danielle, soutient qu’un certain travail a été effectué à cette intersection, mais qu’il en reste aussi à compléter.

Le panneau d’arrêt sur le chemin Bouffard a été déplacé le 5 juin dernier afin d’améliorer la visibilité des usagers. Des arbres ont aussi été élagués dans ce même objectif.

« Ce sont des mesures qui ont été prises pour améliorer la visibilité en attendant que l’étude de sécurité soit complétée à cette intersection », explique Nomba Danielle.

La municipalité de Saint-Denis-de-Brompton a déjà demandé par le passé au MTQ de réduire la vitesse dans le secteur.

« L’étude avait démontré que la vitesse de 90 km/h dans ce secteur était adéquate. De nouvelles analyses ont confirmé qu’il n’était pas justifié de réduire la vitesse à 50 km/h dans ce secteur. Nous devons tenir compte de plusieurs paramètres pour abaisser une limite de vitesse », signale Nomba Danielle.

Dans sa déclaration aux enquêteurs de la Sûreté du Québec de la MRC du Val-Saint-François, le conducteur du VUS Ford Escape a déclaré ne pas avoir vu la moto de Stéphane Poulin qui circulait sur la route 249 en direction nord. Le conducteur du VUS a fait son arrêt obligatoire pour passer du chemin du Moulin au chemin Bouffard.

Il a regardé vers la gauche puis la droite et n’a vu aucun véhicule avant de s’engager pour traverser la route 249. Les deux véhicules sont alors entrés en collision.

Le coroner avait conclu que la vision limitée du conducteur du VUS en raison du soleil lorsqu’il a regardé vers la gauche représentait un facteur contributif à la collision.