Une importante quantité de cocaïne a été retrouvée au logement loué par Ian Duval boulevard Portland.

Saisie historique de cocaïne

Saisie historique pour le Service de police de Sherbrooke, qui a trouvé près de quatre kilos de cocaïne dans un logement de Sherbrooke.

Des informations colligées dans le cadre de l’opération Gaspésie, qui s’est déroulée le 9 mai, ont permis de frapper au 1471 du boulevard de Portland.

Ian Duval, qui avait été libéré sous conditions la semaine dernière, est de retour derrière les barreaux.

Déjà accusé de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic, de recel et de possession d’arme à autorisation restreinte, l’individu de 28 ans a été accusé de sept nouveaux chefs, mercredi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

En attente de sa remise en liberté, Nicolas Bergeron est coaccusé dans ces nouvelles accusations. La juge Desgens devait statuer de son sort, jeudi, mais ce moment sera retardé.

« Je vais vérifier de l’impact de ces nouvelles accusations. Ça change effectivement la donne », estime l’avocate chargée de la défense de Bergeron, Me Karine Poliquin.

Duval et Bergeron sont accusés de possession en vue d’en faire le trafic de cocaïne, de méthamphétamine et de trafic de ces substances entre décembre 2017 et mai 2018.

Des accusations de possession d’arme prohibée et de recel ont aussi été ajoutées.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté s’est opposée à la remise en liberté des accusés.

L’avocat de Duval, Me Christian Raymond, a remis le dossier de Duval au 22 mai.
En plus des 3,75 kilos de cocaïne, dont deux kilos en bloc, les policiers ont trouvé 4,38 kilos de crack, 4664 comprimés de méthamphétamine, 115,72 grammes de méthamphétamine en poudre, plus de 26 000 $ en argent, un pistolet de calibre .22 avec chargeur et munitions ainsi que huit sacs de un kilo vides, mais contaminés à la cocaïne.


« De mémoire d’enquêteurs,c’est la plus grosse saisie de cocaïne qui a été effectuée à Sherbrooke. »
Martin Carrier, porte-parole du SPS

« De mémoire d’enquêteurs, c’est la plus grosse saisie de cocaïne qui a été effectuée à Sherbrooke », soutient le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

La structure criminelle ciblée fournit de la cocaïne à des vendeurs ou livreurs sur la route.

Selon le témoignage d’un enquêteur du Service de police de Sherbrooke dans le cadre de l’enquête sur remise en liberté de Nicolas Bergeron et Félix Brouillet-Nadeau, détenus dans cette affaire, le kilo de cocaïne a une valeur de 50 000 $ lorsqu’il est acquis en gros.

Après plusieurs années de consommation intensive de cocaïne Félix Brouillet-Nadeau et Nicolas Bergeron ont manifesté leur intention de se rendre en thérapie, mercredi. Les deux individus détenus depuis le 9 mai dernier ont subi cette semaine leur enquête sur remise en liberté devant la juge Desgens.

La nouvelle perquisition change le moment de la décision pour Bergeron.

Plus de 70 sacs contaminés à la cocaïne ont été découverts dans le logement qui aurait été utilisé par Nicolas Bergeron pour entreposer des stupéfiants sur la rue Élaine-C.-Poirier.

Six personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette opération.

Ce sont des informations d’Échec au crime de 2013 à 2017 qui ont mené à cette enquête visant à la base Nicolas Bergeron.

Lors de la perquisition initiale, les policiers ont trouvé 2539 pilules de méthamphétamine, 37,12 grammes de méthamphétamine, 3,4 grammes de cocaïne, trois carabines, dont un modèle semi-automatique ressemblant au AK-47, dix cellulaires et un livre de comptabilité. Vingt et un sacs analysés correspondent à des kilos de cocaïne et 52 autres sacs sont contaminés à la cocaïne ont été trouvés.

Deux listes de dettes de drogue saisies par les policiers étaient reliées à la prison de Sherbrooke.