Sa carabine à plomb lui vaut des travaux communautaires

SHERBROOKE - « Une arme n'est pas un jouet », s'est fait rappeler jeudi un individu de 19 ans de Compton.

Le jeune homme devra en effet effectuer 150 heures de travaux communautaires pour avoir atteint au hasard un voisin avec une carabine à plomb.

La juge Hélène Fabi de la Cour du Québec lui a imposé une sentence suspendue pour 18 mois, au palais de justice de Sherbrooke, après qu'il a plaidé coupable à une accusation de voies de fait armées.

Les événements sont survenus le 20 juillet 2017 à Magog.

« C'est un geste insouciant que vous avez reconnu. Les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves. Vous êtes chanceux de l'avoir atteint à une main. Il aurait pu recevoir le projectile dans un œil », a signalé la juge Fabi.

La suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux et de l'avocat de la défense Me Jean Leblanc tient compte de l'absence d'antécédents judiciaires de l'accusé et du fait que la victime n'a pas subi de séquelles.

Une interdiction de posséder des armes lui a été imposée dans le cadre de sa probation de 18 mois.