Michée Roy et Étienne Lavoie

Roy s’est trouvé un emploi... et Lavoie un nouvel avocat

Quatre jours après sa remise en liberté, Michée Roy était de retour au palais de justice, vendredi, où il a rempli une des conditions liées sa remise en liberté : celle de se trouver un emploi.

Le père de famille, qui est accusé de la mort de son bébé, n’a fait qu’un bref passage devant le juge Conrad Chapdelaine, le temps de déposer un document attestant qu’il s’est bel et bien trouvé du travail.

Rappelons qu’en début de semaine, le juge Yves Tardif de la Cour supérieure a accepté de remettre Roy en liberté, sous plusieurs conditions, dont celle de s’être trouvé un emploi le 21 juin. Le magistrat avait alors vivement interpellé Roy sur cette condition. À défaut de se trouver un travail sur un chantier de construction, comme il prévoyait le faire, Roy s’était vu intimer l’ordre de postuler dans « tous les restaurants de Sherbrooke », même si cela impliquait d’y « faire cuire des hot dogs et des hamburgers », avait tonné le juge Tardif avant de signer sa remise en liberté.

Roy a passé les quatre dernières années et demie derrière les barreaux à la suite de la mort violente de son bébé, survenue en juin 2015.

Au terme de son procès, Roy a été condamné à 12 ans de prison, jusqu’à ce que la Cour d’appel du Québec ordonne la tenue d’un nouveau procès à la suite d’un nouvel élément de preuve.

D’ici la tenue de ce nouveau procès, Roy devra également se trouver un autre avocat, car celui qui le représentait jusqu’ici, Me Félix-Antoine Doyon, a fait savoir qu’il ne pouvait plus assumer sa défense compte tenu des barèmes insuffisants qu’offre l’aide juridique en matière d’expertise liée à cette cause.

Le dossier de Michée Roy doit revenir devant la cour le 16 août afin que les parties puissent fixer la date de son deuxième procès.

Nouvel avocat pour Étienne Lavoie

Le psychologue Étienne Lavoie s’est trouvé un nouvel avocat. Il s’agit de Me Jasmin Laperle, de Drummondville. 

Celui-ci aura à défendre le psychologue de Sainte-Catherine-de-Hatley, qui fait face à une kyrielle d’accusations, dont plusieurs chefs d’agressions sexuelles ainsi que de trafic de stupéfiants, de menaces de mort, de voies de fait, etc.

Lors de sa dernière comparution, au début juin, l’avocat de Lavoie, Me Christian Raymond, avait indiqué au tribunal qu’il n’entendait plus représenter son client. « Le lien de confiance est brisé », avait alors expliqué le criminaliste.

Le juge Conrad Chapdelaine a accepté de reporter la cause au 3 juillet prochain afin de déterminer une date pour la tenue de l’enquête préliminaire. L’accusé demeure détenu.