Risques élevés d’incendie en Estrie, dit la SOPFEU

Même si certaines parties de l’Estrie ont dû affronter la montée des eaux au cours des derniers jours, l’indice d’inflammabilité est jugé «élevé». Les risques pourraient bien croître dans les prochains jours avec le beau temps prévu.

C’est l’avertissement que lance la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU). Il est recommandé d’éviter de faire des feux à ciel ouvert. L’indice est élevé dans tout le sud du Québec.  

Lire aussi: Retour à la normale à Weedon

«Les risques vont probablement augmenter cette semaine», commente Marie-Louise Harvey, agente à la prévention et à l’information à la SOPFEU.

«Le printemps, avec le soleil et le vent, l’indice peut monter en quelques heures.»

Tous les ingrédients seront donc réunis d’ici vendredi, ajoute-t-elle, puisque le soleil et des vents sont prévus. Le mercure va grimper pour atteindre 23 et 24  degrés au milieu de la semaine en Estrie, selon Environnement Canada.

La semaine dernière, le Service de sécurité incendie de Magog a décrété une interdiction des feux extérieurs sur l’ensemble du territoire.  

À la Ville de Sherbrooke, on n’a pas décrété d’interdiction en ce sens, mais on ne recommande pas d’allumer des feux à ciel ouvert.

Les risques d’incendie à cette période de l’année sont élevés car les feuilles, l’herbe et les broussailles sont desséchées après l’hiver. «La pluie que la région a reçue ne change rien», assure Mme Harvey.

«Il n’y a pas encore assez de verdure, car la nature ne s’est pas encore réveillée. Ce n’est pas recommandé de faire brûler le gazon.»

La porte-parole la SOPFEU conseille de se tourner vers les collectes de feuilles et de branches et autres résidus verts des municipalités.