Réseau de blanchiment d'argent: un homme d’Austin arrêté

Un individu d’Austin en Estrie figure parmi les suspects arrêtés lundi par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) lors du démantèlement d’un réseau international de blanchiment d'argent.

Gary Maybee, âgé de 57 ans, a été accusé de divers chefs d'accusation à la suite de la rafle, indique le corps policier fédéral dans un communiqué de presse. On le soupçonne de faire partie de la «cellule Québec» du réseau.

À lire aussi: La GRC démantèle un réseau international de blanchiment d’argent à Montréal et Toronto

Selon la GRC, ce réseau de blanchiment d'argent avait des ramifications jusque dans la grande région de Montréal et à Toronto. Des enquêteurs de la GRC du Québec et de l'Ontario, en collaboration avec l'Agence du revenu du Canada, ont mené ce projet baptisé «Collecteur» entre mai 2016 et le printemps 2018.

Selon le bureau de la GRC à Montréal, les individus visés par les mandats d'arrestation facilitaient la collecte d'argent auprès de groupes criminels pour ensuite blanchir le fruit de leurs activités illicites.

Plus de 300 policiers de la GRC du Québec et de l'Ontario ainsi que des corps de police des villes de Montréal, Laval et Toronto ont participé à l'opération qui s'est mise en branle à 6h lundi matin.

Onze perquisitions ont été menées et 17 individus étaient visés par des mandats d'arrestation, dont 12 dans la grande région de Montréal et sept dans la région de Toronto.

Trois individus demeurent recherchés par la GRC. Il s'agit de Victor Vargotskii, 56 ans, de Montréal, et de Frederick Rayman, 71 ans, de Toronto. Le troisième suspect recherché est Francisco Javier Jimenez Guerrero, 35 ans, dont le lieu de résidence n'est pas connu.

Tous les suspects arrêtés devaient être emmenés à Laval en cours de journée. Un avion de la GRC a atterri à l'aéroport de Saint-Hubert, à 10h15, avec à son bord certains prévenus arrêtés à Toronto. D'autres devaient arriver plus tard par voies terrestres.

De grosses quantités de cannabis, de cocaïne, de haschisch et de métamphétamines ont été saisies, de même que plus de 1,7 million $ en devises canadiennes et étrangères.

L'Agence du revenu du Canada aurait également exécuté une ordonnance de saisie sur des biens immobiliers.

«Les membres du réseau facilitaient la collecte d'argent auprès de groupes criminels de Montréal pour ensuite blanchir le fruit de leur commerce illicite. Le réseau offrait notamment un service de transfert de fonds vers des pays exportateurs de stupéfiants», souligne un communiqué de presse diffusé mardi matin.

«Le réseau écoulait l'argent cumulé à Montréal par l'entremise de divers individus et bureaux de change de Toronto. Le réseau utilisait un système informel de transfert de valeurs (SITV) ayant des ramifications au Liban, aux Émirats Arabes Unis, en Iran, aux États-Unis et en Chine. Les fonds étaient ensuite retournés vers des pays exportateurs de stupéfiants, tels que la Colombie et le Mexique.»

Ce procédé permettait de blanchir d'importantes sommes d'argent provenant d'activités illégales, dont le trafic de stupéfiants. Les organisations criminelles pouvaient ainsi effectuer des importations de stupéfiants par l'entremise de ce réseau, ajoute-t-on.