Remboursement aux victimes de fraudes par virements télégraphiques

Une entente est intervenue entre la compagnie Western Union et le département de la Justice Américaine pour un remboursement aux victimes de fraudes par virements télégraphiques. Le montant s’élève à 586 millions $.

La compagnie de transfert d’argent a reconnu sa responsabilité d’avoir fermé les yeux sur d’innombrables transactions frauduleuses où des escrocs ont subtilisé plusieurs millions $ à de nombreuses victimes aux États-Unis, annonce, la Régie de police de Memphrémagog (RPM).

« Après vérification, le Canada ferait aussi partie de ce programme », annonce Paul Tear, porte-parole de la RPM.

« On parle ici, entre autres, de victimes de fraudes grands-parents, arnaques sentimentales, fraudes d’urgence, promesses d’emploi, prêts d’argent, etc.  Ce que l’on peut considérer comme un recours collectif couvre la période du 1er janvier 2004 au 19 janvier 2017. »

« Donc, toute personne qui a subi une perte monétaire par fraude pendant cette période en utilisant le service de transfert d’argent de Western Union pourrait être admissible à un remboursement partiel ou total. Même les victimes qui n’ont pas porté plainte à la police pourraient faire une réclamation. »

Les preuves documentaires, comme des reçus, ne sont pas nécessaires, mais pourraient accélérer le processus, ajoute M. Tear.

Il pourrait y avoir des victimes dans la région, note-t-il. « On est à faire la recherche dans nos dossiers. On s’attend à entre 10 et 20 victimes qui ont subi une perte monétaire », estime le policier.

« Certaines victimes connues ont perdu plus de 60 000 $ dans une arnaque amoureuse! D’autres ont porté plainte, mais n’ont pas subi de perte. Et il y a sûrement des victimes qui n’ont pas osé porter plainte par honte, entre autres. » 

Pour demander à être indemnisé, on doit se rendre sur  le site  du Centre antifraude du Canada et cliquer sur la fenêtre « Virements télégraphiques » et suivre le lien « Western Union Remission » où le recours est expliqué (en anglais seulement), dit-il dans un communiqué de presse.

On doit ensuite cliquer sur les liens pour s’inscrire à la liste des victimes.

« Afin de mieux détecter les différents types de fraudes et les éviter, la Régie de police invite les gens intéressés à visiter le site internet du Centre antifraude du Canada », précise M. Tear.