Cette résidence de la rue McIver a été détruite par les flammes.
Cette résidence de la rue McIver a été détruite par les flammes.

Quatre incendies d’origine indéterminée à Bury

Sherbrooke — Quatre incendies d’origine indéterminée allumés en deux semaines, dont deux au cours de la dernière fin de semaine, soulèvent des questions à Bury.

La Sûreté du Québec a ouvert des enquêtes concernant ces événements suspects.

Le dernier incendie est survenu dimanche soir vers 22 h 30 au parc Memorial.

C’est un cabanon qui a été incendié au 551 de la rue Main.

Le jeudi 28 mai, un mur de la résidence située au 621 de la rue McIver a été incendié en début de nuit. 

Deux jours plus tard, soit le 30 mai, ce qui restait de la résidence a été complètement détruit par les flammes.

Ces trois incendies s’ajoutent à celui allumé le 18 mai dernier au 856 de la rue McIver. 

Cette résidence inhabitée avait été la proie des flammes en début de nuit. 

« Pour l’instant, les incendies à ces trois bâtiments sont considérés comme des événements distincts. L’enquête va certainement déterminer si des liens peuvent être établis entre ces événements », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie, la sergente Aurélie Guindon.

Le maire de Bury, Walter Dougherty, souligne que ces incendies dans des bâtiments qui n’étaient pas occupés soulèvent des questions.

« C’est certain que c’est inquiétant. Pour l’instant, ce sont des bâtiments inoccupés qui ont été touchés et personne n’a été blessé. Cependant, il faut que ça arrête. Nous ne savons pas si un feu dans un bâtiment qui n’est pas occupé pourrait se transmettre dans un autre où des gens sont présents. Nous ne voulons pas que la vie de personne ne soit mise en danger », indique M. Dougherty.

Le maire de Bury soutient que ces incendies suspects représentent le sujet de discussion numéro un parmi la population de la localité du Haut-Saint-François.

« Tout le monde parle de ça. Les gens vont observer plus ce qui se passe afin que ça ne se reproduise pas », indique Walter Dougherty.

Ce dernier a discuté avec la SQ, lundi, des développements de l’enquête.

« J’ai confiance que la SQ va mener son enquête de la bonne façon. Je remarque qu’il y a plus de surveillance dans la municipalité », indique Walter Dougherty.