Mathieu Griffin

Proxénétisme: des sorties de thérapie accordées à Griffin

Accusé de proxénétisme, Mathieu Griffin pourra profiter de sorties de la maison de thérapie à laquelle il a été confié.

L’homme de 30 ans est accusé d’avoir amené une femme à offrir des services sexuels moyennant rétribution et d’avoir bénéficié de ces sommes entre le 15 août et le 9 octobre dernier.

Griffin est aussi accusé d’avoir volé de l’argent et des effets personnels à cette victime alléguée de proxénétisme le 9 octobre dernier.

Mathieu Griffin avait comparu comme détenu au dépôt des accusations contre lui.

Il avait été remis en liberté, mais à la condition de rester en tout temps dans une maison de thérapie pour traiter son problème de toxicomanie.

Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, jeudi, son avocate Me Caroline St-André de l’aide juridique a déposé un rapport concernant l’évolution de l’accusé en thérapie.

« Le rapport de thérapie est très positif », a indiqué Me Saint-André.

La juge a noté la motivation de Griffin envers sa thérapie.

« Ça va mieux », a indiqué Griffin au tribunal.

L’homme de Sainte-Thérèse pourra vivre des sorties encadrées qui font partie de son cheminement thérapeutique. C’est la maison de thérapie qui sera responsable de gérer les sorties dont il pourra profiter.

Il devra continuer à respecter un couvre-feu.

Dans ce dossier, la procureure aux poursuites criminelles Me Marilène Laviolette avait déposé des accusations de possession de cannabis et de méthamphétamine. Il se trouvait aussi en bris de condition lors de son arrestation.

Griffin reviendra devant le tribunal le 16 janvier pour fixer la suite des procédures.