L’enquête sur remise en liberté des accusés arrêtés dans le cadre du projet Ponce visant des trafiquants de drogue reliés aux Hells Angels s’est amorcée, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

Projet Ponce : l'enquête sur remise en liberté des accusés s'est ouverte

L’enquête sur remise en liberté des accusés arrêtés dans le cadre du projet Ponce visant des trafiquants de drogue reliés aux Hells Angels s’est amorcée, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

L’Escouade régionale mixte Estrie (ERM-Estrie) a frappé un réseau actif en matière de trafic de cocaïne et de méthamphétamine dans le cadre d’une opération policière qui s’est déroulée le 4 avril dans cinq MRC situées de l’est de Sherbrooke jusqu’à la Beauce.

À lire aussi: Coup dur au trafic de drogue [VIDÉO]

Le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a entendu un résumé de la preuve dans ce dossier qui est frappée d’une ordonnance de non-publication.

Avant que les procédures commencent pour Yann Patry-Davis, Hugo Tremblay, Bruno Fredette et René Grondin, Jean-Christophe Duval a été remis en liberté.

La condition de se rendre en maison de thérapie lui a été imposée non sans avoir dû subir les foudres de son beau-père.

Devant le tribunal, l’homme, qui est venu garantir un dépôt de 500 $ pour le respect des conditions de remise en liberté, a enguirlandé l’accusé.

Il lui a mentionné que c’était la dernière fois qu’il l’aiderait dans une telle situation.

Bruno Fredette a rapidement mentionné qu’il ne présentait pas de défense et sa détention a été ordonnée par le tribunal.

Patry-Davis a pour sa part offert au tribunal la condition d’être placé dans une maison de thérapie pour traiter sa dépendance à la cocaïne.

Les accusés sont défendus par Me Michel Dussault, Me Karine Poliquin et Me Christian Raymond, alors que Me Émilie Baril-Côté représente le ministère public.

Les perquisitions du projet Ponce ont permis de saisir 800 grammes de cocaïne, 5000 comprimés de méthamphétamine, 6000 $ en argent canadien, 800 $ en argent américain, 50 armes à feu, douze véhicules comme biens infractionnels ainsi que le matériel servant au trafic de stupéfiants.

Dix-neuf personnes ont été arrêtées lors de cette frappe policière d’envergure.

Plus de 220 policiers ont participé à cette opération pour démanteler une organisation criminelle reliée directement aux Hells Angels.

Les accusés doivent répondre de différentes accusations allant du trafic de cocaïne, de méthamphétamine, à la possession de ces substances dans le but d’en faire le trafic ou à la possession d’armes prohibées ou au recel d’argent.

Les policiers ont frappé à une vingtaine de lieux situés principalement dans le Haut-Saint-François, mais aussi dans les MRC des Sources, du Granit, des Appalaches et d’Arthabaska.