L’opération Ponce du 4 avril dernier visait des trafiquants de drogue reliés aux Hells Angels.

Projet Ponce : deux accusés remis en liberté sous conditions

Deux accusés qui étaient détenus depuis près de dix jours à la suite de leur arrestation dans le projet Ponce ont été remis en liberté sous conditions.

Le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a choisi de faire confiance à René Grondin et Hugo Tremblay non sans leur avoir imposé de sévères conditions.

À lire aussi: Projet Ponce : l'enquête sur remise en liberté des accusés s'est ouverte

L’opération Ponce du 4 avril dernier visait des trafiquants de drogue reliés aux Hells Angels.

L’Escouade régionale mixte Estrie (ERM-Estrie) a alors frappé un réseau actif en matière de trafic de cocaïne et de méthamphétamine dans le cadre d’une opération policière qui s’est déroulée dans cinq MRC situées de l’est de Sherbrooke jusqu’à la Beauce.

À la suite de son enquête sur remise en liberté, Grondin, défendu par Me Michel Dussault, a promis de respecter de sévères conditions par un engagement de 5000 $ par une tierce personne.

René Grondin est accusé de possession de méthamphétamine et de cocaïne dans le but d’en faire le trafic à Weedon et de recel d’argent.

Hugo Tremblay, défendu par Me Karine Poliquin et Me Christian Raymond, a aussi consenti à un dépôt important de 10 000 $ pour garantir le respect de ses conditions et à un dépôt de 3000 $.

L’individu d’Asbestos est accusé de possession de cocaïne dans le but d’en faire le trafic et de possession d’un poing américain, soit une arme prohibée.

Yan Patry-Davis, défendu par Me Christian Raymond, qui demandait à être remis en liberté en thérapie, n’a pas réussi à convaincre le tribunal.

L’individu qui sortait de prison pour une affaire de drogue en 2016 devra rester en détention pour la durée des procédures judiciaires.

L’homme de 32 ans d’East Angus est accusé de possession de cocaïne dans le but d’en faire le trafic entre septembre 2018 et avril 2019 ainsi que de recel d’argent.

Au début de l’enquête préliminaire, Bruno Fredette de Weedon avait rapidement mentionné qu’il ne présentait pas de défense et sa détention a été ordonnée par le tribunal.

En plus des accusations de trafic de cocaïne et de méthamphétamine, il est accusé de possession d’arme prohibée, soit une arme semi-automatique 9 mm avec des munitions à proximité, et de recel d’argent.

Les perquisitions du projet Ponce ont permis de saisir 800 grammes de cocaïne, 5000 comprimés de méthamphétamine, 6000 $ en argent canadien, 800 $ en argent américain, 50 armes à feu, 12 véhicules comme biens infractionnels ainsi que le matériel servant au trafic de stupéfiants.

Dix-neuf personnes ont été arrêtées lors de cette frappe policière d’envergure.

Plus de 220 policiers ont participé à cette opération pour démanteler une organisation criminelle reliée directement aux Hells Angels.

Les policiers ont frappé à une vingtaine de lieux situés principalement dans le Haut-Saint-François, mais aussi dans les MRC des Sources, du Granit, des Appalaches et d’Arthabaska.

Me Émilie Baril-Côté représente le ministère public dans cette affaire.

La plupart des accusés dans cette affaire reviendront devant le tribunal le 4 juin prochain.