Le feu a eu lieu dans un immeuble de la rue King Est dans la nuit de mardi à mercredi.

Poussé par des voix de Satan: le suspect confié au département de psychiatrie

Les problèmes de santé mentale d'un locataire d'un immeuble de la rue King Est pourraient permettre d'expliquer l'incendie qu'il a allumé dans son logement dans la nuit de mardi à mercredi.

Un peu après minuit, l'individu de 57 ans, qui entendait des voix qu'il associait à Satan, a mis le feu au matelas de sa chambre,

Roland Gauthier devra d'ailleurs faire face à la justice pour les gestes qu'il aurait commis.

« L'individu visiblement perturbé a été interpellé à l'extérieur de l'immeuble. Il a été conduit au CHUS pour une évaluation psychiatrique. Le suspect est bien connu des services policiers pour ses problèmes de santé mentale », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

L'incendie criminel dont il est à l'origine a causé d'importants dommages à son logement situé au 3e étage ce qui correspond à l'adresse civique du 529 de la rue King Est.

« À l'arrivée des pompiers le feu sortait par la fenêtre avant et avait commencé à s'attaquer à la structure. L'intervention a permis de limiter la propagation », explique le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS), Stéphane Simoneau.

Une vingtaine de pompiers ont combattu les flammes durant une quarantaine de minutes.

Roland Gauthier a été inculpé, mercredi, de deux accusations d'incendie criminel devant le juge Gilles Lafrenière de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke. Il a été confié au département de psychiatrie du CHUS pour que soit évaluée son aptitude à faire face au processus judiciaire.

Au cours de la journée, les enquêteurs complétaient leur cueillette de preuves sur les lieux du sinistre. Les commerces Mimi Balkan Marché et Garage Barber shop demeurent fermés jusqu'à nouvel ordre.

« Les deux locaux commerciaux et des logements ont été endommagés par l'eau et la fumée. », mentionne le directeur du SPIS.

Un locataire a été incommodé par la fumée lors de cet incendie. Un autre occupant de l'immeuble François Bourgault s'est rendu dans son logement pour aller chercher des effets personnels.

« C'est moi qui ai appelé le 9-1-1 quelques minutes après que le feu ait été allumé. Ça flambait sur la galerie d'à côté. Je ne connaissais pas trop mon voisin, sauf qu'il était bruyant et dérangeant », signale M. Bourgault, qui a obtenu l'aide de la Croix-Rouge à la suite de cet incendie.

Katia Lessard

Katia Lessard, qui possède la boutique Mari-Katia située juste en face de l'immeuble sinistré, connaissait bien l'individu à l'origine du sinistre. « J'avais remarqué que son voisin n'était pas normal. Il était sur un high », souligne Mme Lessard.

Depuis plusieurs années, l'homme venait la voir régulièrement à sa boutique de la rue King Est.

« C'est un homme qui ne l'a pas eu facile. Son fils est mort, puis sa femme. Il n'est jamais allé chercher l'aide qu'il aurait dû. Malgré ses problèmes de santé mentale, il aidait plusieurs personnes qui vivent dans la rue à Sherbrooke. C'est fondamentalement une bonne personne », estime Katia Lessard.