Dave Poulin-Beaunoyer

Poulin-Beaunoyer de retour en prison

En liberté sous conditions en attendant sa peine dans une affaire d'homicide involontaire coupable survenue à Sherbrooke, Dave Poulin-Beaunoyer est de retour derrière les barreaux.
L'individu a été arrêté en vertu d'un mandat d'arrestation émis à Laval dans une affaire de harcèlement par voie électronique.
Poulin-Beaunoyer doit subit son procès le 26 avril à Laval relativement à cette affaire de harcèlement qui remonte au 11 mars dernier.
L'accusé s'est présenté, menotte aux poings, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke. Son dossier a été remis au 13 avril prochain.
Dans le dossier principal, Dave Poulin-Beaunoyer a reconnu que c'est l'impulsivité qui l'a amené à causer la mort d'un bambin de 20 mois en septembre 2015.
En février dernier, il a reconnu cette grave accusation portée contre lui.
Selon la trame factuelle qu'il a admise, Poulin-Beaunoyer s'est emporté après avoir averti l'enfant de sa conjointe de l'époque de cesser de sauter sur le divan.
Rage mortelle
L'enfant a continué son jeu, ce qui a incité son beau-père à le frapper de plusieurs coups de poing à l'estomac. Lorsque Poulin-Beaunoyer est revenu au salon pour ramasser le lait que l'enfant venait de régurgiter, il l'a retrouvé incliné sur celui-ci et les yeux révulsés.
L'état de l'enfant s'est détérioré rapidement par la suite. Devant un hématome qui prenait de l'ampleur sur le visage de l'enfant, il a été transporté au CHUS.
Son décès a été constaté à la suite d'une hémorragie interne.
Dans son rapport déposé en octobre 2015, la pathologiste Caroline Tanguay ne laisse planer aucun doute sur le triste sort de l'enfant, écrivant que « pour causer les blessures observées sur la peau et à l'interne, il faut plusieurs impacts. L'aspect et la nature des blessures à l'abdomen sont incompatibles avec une chute », comme le prétendait le conjoint de la mère.
Selon le rapport d'autopsie, il ne s'agissait pas de la première fois que l'enfant était roué de coups par son beau-père.
Les observations sur la peine dans ce dossier doivent se dérouler le 15 mai prochain. Me Joanny Saint-Pierre représente le ministère public dans cette affaire, alors que Me Benoit Gagnon de l'aide juridique défend l'accusé.