Sébastien Perron

Peine de prison discontinue attendue pour Sébastien Perron

Sébastien Perron de Coaticook obtient un sursis de deux jours avant d’entreprendre sa peine d’incarcération pour divers gestes à caractère sexuel sur une adolescente de moins de 14 ans.

L’individu de 37 ans devrait être condamné à une peine d’incarcération à purger les fins de semaine à la suite d’une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Patrick Fréchette et de la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme.

Un imprévu, mardi, a causé le report du dossier. Perron entend plaider coupable au retour de son dossier devant le tribunal.

« Mon client veut régler son dossier. Nous étions en attente d’une lettre de la victime. Nous allons présenter une suggestion commune concernant une peine de prison discontinue », a indiqué Me Fréchette au tribunal.

L’individu de 37 ans sans antécédent judiciaire devrait reconnaître divers gestes à caractère sexuel commis sur une fillette de moins de 14 ans. 

Des accusations de leurre informatique et de contacts sexuels ont été déposées en novembre 2017 contre Perron. 

Cet individu proche de la famille de la victime aurait commis les gestes sur une période de deux ans entre 2016 et 2017. Les gestes pour lesquels Perron est accusé auraient été commis entre le 1er janvier 2017 et le 1er mai 2017. 

Il y a eu des discussions sur Facebook et des rencontres physiques. 

C’est le Service de police de Sherbrooke (SPS) qui a mené cette enquête à la suite d’événements rapportés par des proches de la victime. 

Perron avait été libéré sous diverses conditions, dont celle de ne pas entrer en contact de quelque façon que ce soit avec la plaignante dans cette affaire. Il doit s’abstenir de se trouver à moins de 200 mètres du domicile de la jeune fille. 

Sébastien Perron ne peut pas non plus se retrouver seul en présence de mineurs ou tout endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.