Le prédateur sexuel allégué qui aurait agressé une adolescente à Sherbrooke en août dernier a renoncé à sa remise en liberté.

Pascal Montembeault renonce à sa remise en liberté

Le prédateur sexuel allégué qui aurait agressé une adolescente à Sherbrooke en août dernier a renoncé à sa remise en liberté.
Pascal Montembeault, par la voix de son avocat Me Guy Plourde, a consenti, vendredi au palais de justice de Sherbrooke, à rester détenu pour la durée des procédures judiciaires intentées contre lui.
« Mon client collabore avec les autorités depuis son arrestation. Nous tenterons de prendre position dans le dossier lors du retour devant le tribunal », a expliqué Me Guy Plourde.
Pascal Montembeault a été accusé d'agression sexuelle sur une personne de moins de 16 ans, de leurre informatique, d'attouchements sexuels, d'incitation à des contacts sexuels ainsi que de production, possession et distribution de pornographie juvénile.
C'est sur le site « Rencontre ados » que l'individu a abordé sa future victime. Le suspect avait créé au faux profil où il disait s'appeler Marc-André et avoir 17 ans. Les conversations ont rapidement pris une connotation sexuelle par les médias sociaux.
Toujours en prenant soin de garder son âge secret, le suspect aurait eu des échanges vidéos à caractère sexuel.
Le suspect aurait rapidement sollicité une rencontre. Il disait alors avoir 24 ans. L'adolescente s'est tout de même rendue au rendez-vous fixé entre les deux. Ce n'est qu'en voyant le suspect le 20 août dernier qu'elle s'est rendu compte de l'âge de son interlocuteur. Le suspect a réussi à la convaincre d'aller dans un parc avec lui. Il l'a attiré dans un coin isolé et aurait commis une agression sexuelle complète à l'endroit de l'adolescente.