Le Service de police de Sherbrooke n’a pas saisi de drogue lors de la perquisition effectuée mercredi matin au département de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

Pas de drogue saisie en psychiatrie

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) n’a pas saisi de drogue lors de la perquisition effectuée mercredi matin au département de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

« Ça nous arrive occasionnellement, même dans des perquisitions dans des résidences, d’avoir amassé de la preuve et d’arriver sur place et qu’il n’y ait rien finalement. On peut s’attendre à ça parfois. Notre démarche était quand même validée », explique Martin Carrier, porte-parole du SPS.

À LIRE AUSSI: Opération policière en psychiatrie: les employés soulagés

Une dizaine de policiers et un chien spécialisé en détection de la drogue de la Sûreté du Québec ont fouillé le 8e, le 9e et le 10e étage du pavillon Émile-Noël de l’Hôtel-Dieu. La perquisition s’est étendue sur plusieurs heures. Était-ce suffisant pour trouver de la drogue dans des lieux aussi vastes? « Avec tous les moyens que nous avions sur place, on peut être confiants qu’on aurait trouvé la drogue s’il y en avait eu », indique le porte-parole du SPS.

Des comprimés pourraient aussi avoir été jetés dans les toilettes quand la présence des policiers a été connue. « Ça fait partie des possibilités », soutient Martin Carrier.

L’effet dissuasif et répressif de l’opération policière est bel et bien là, peu importe le résultat de la perquisition, ajoute-t-il.

Rappelons qu’un suspect de 27 ans été arrêté pour bris de conditions dans le cadre de cette opération.