Opération «muraille» : Richard Skinner cité à procès

Accusé dans le cadre de l'opération antidrogue « muraille », Richard Skinner vient d'être cité à son procès dans une affaire d'intimidation d'un officier de justice au terme de son enquête préliminaire.
C'est lorsqu'il était détenu que Skinner de Cowansville aurait fait des menaces de mort et de l'intimidation auprès d'un procureur aux poursuites criminelles et pénales à Sherbrooke.
C'est à partir de la prison que Skinner aurait commis ces crimes à l'endroit d'une personne associée au système de justice. L'individu de 44 ans aurait commis ces gestes à l'automne 2016. Skinner est toujours détenu tant dans cette affaire que dans l'opération « muraille ».
Richard Skinner a été arrêté le 29 juin 2016 dans le cadre d'une frappe policière d'envergure.
L'individu de Cowansville est considéré comme l'une des têtes dirigeantes alléguées de ce réseau de trafiquant de stupéfiants qui oeuvre principalement dans la région de Granby. Trente-six individus ont été accusés au terme de l'opération où 54 personnes impliquées vraisemblablement dans l'approvisionnement, la distribution et le trafic de stupéfiants ont été arrêtées.
Comme la grande majorité des individus arrêtés dans cette affaire, Skinner est accusé de complot pour trafic de cocaïne, méthamphétamine, MDMA, cannabis et haschich, trafic de ces substances ainsi que de gangstérisme soit d'avoir commis un acte criminel au profit ou sous la direction ou association d'une organisation criminelle.
Le dossier de Richard Skinner a été reporté au rôle des assises criminelles au début septembre 2016 afin que soit fixée la date de son procès devant jury dans cette affaire d'intimidation et menaces de mort.