Détenus depuis l’opération Gaspésie réalisée le 9 mai dernier à Sherbrooke, Nicolas Bergeron et Félix Brouillet-Nadeau subissaient leur enquête sur remise en liberté, lundi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

Opération Gaspésie : Bergeron et Brouillet-Nadeau demandent à être libérés

Plus de 70 sacs contaminés à la cocaïne ont été découverts dans le logement qui aurait été utilisé par Nicolas Bergeron pour entreposer des stupéfiants.

Détenus depuis l’opération Gaspésie réalisée le 9 mai dernier à Sherbrooke, Nicolas Bergeron et Félix Brouillet-Nadeau subissaient leur enquête sur remise en liberté, lundi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

Six personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette opération.

Bergeron, défendu par Me Karine Poliquin, n’a pas d’antécédent judiciaire.

Ce sont des informations d’Échec au crime de 2013 à 2017 qui ont mené à cette enquête visant Nicolas Bergeron. Le logement de la rue Élaine-C-Poirier où a eu lieu une perquisition était utilisé pour entreposer les stupéfiants de ce réseau. Personne n’habite à cet endroit.

Plusieurs personnes, connues des services policiers, étaient identifiées comme vendeurs de Nicolas Bergeron.

Lors de la perquisition, les policiers ont trouvé 2539 pilules de méthamphétamine, 37,12 grammes de méthamphétamine, 3,4 grammes de cocaïne, trois carabines, dont un modèle semi-automatique ressemblant au AK-47, dix cellulaires et un livre de comptabilité. Vingt et un sacs analysés correspondent à des kilos de cocaïne et 52 autres sacs sont contaminés à la cocaïne ont été trouvés.

Deux listes de dettes de drogue saisies par les policiers étaient reliées à la prison de Sherbrooke. Un expert va se pencher sur l’analyse de ces listes. À la résidence de Bergeron sur la rue de la Dauversière, les policiers ont trouvé 11 910 $ et un autre cellulaire.

L’information disait que Bergeron s’approvisionnait en cocaïne à Montréal et s’approvisionnait auprès de Omar Hamroun. Ce dernier a été remis en liberté sous conditions dans cette affaire.

Félix Brouillet-Nadeau, défendu par Me Christian Raymond, réside à Montréal. Il possède une entreprise de location de véhicules.

À son logement de la rue des Ormeaux à Montréal, les policiers ont trouvé 87,7 grammes de cocaïne sous forme de roche, 13 945 $, 3,5 grammes de cocaïne, trois cellulaires ainsi que trois balances contaminées. Des listes de dettes ont aussi été trouvées.

Il possède des antécédents de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic en 2014 et 2018.

Caution des parents

Les parents des deux accusés ont passé la journée au palais de justice de Sherbrooke pour témoigner en faveur de leur grand enfant et offrir un engagement financier au tribunal pour garantir le respect des conditions de remise en liberté.

Tant les parents que les accusés n’ont pu retenir leurs larmes lors des témoignages pour garantir le respect des conditions.

Le père de Félix Brouillet-Nadeau a offert un engagement financier pouvant atteindre 5000 $ et s’est engagé à le dénoncer s’il ne respecte pas ses conditions. Il a offert que son fils demeure chez lui.

« Je me porte garant de lui. Je vais être là pour lui le plus possible », a exprimé le père de l’accusé au tribunal.

La mère de Nicolas Bergeron a aussi offert un engagement de 3500 $ et de reprendre son fils à leur domicile de Gatineau.

« Je vais l’amener travailler avec moi. Je vais lui montrer mes valeurs de travail. Je suis prête à le dénoncer s’il ne respecte pas ses conditions. Je sais qu’il va retourner en dedans et avoir une conséquence plus grave », a mentionné la mère de Nicolas Bergeron.