Olivia Drozdoski-Richardson

Onde de choc après le décès tragique d’Olivia Drozdoski-Richardson

Le décès d’Olivia Drozdoski-Richardson a fait grandement réagir lundi. La Sherbrookoise âgée au début de la vingtaine a fréquenté le Collège Mont Notre-Dame et était bien connue auprès de plusieurs jeunes de la région. La nouvelle de son décès s’est répendue rapidement sur les réseaux sociaux.

La jeune femme est décédée après un accident de la route survenue en Montérégie dimanche soir.

De nombreux témoignages dans lesquels les proches de la victime se remémorent les meilleurs moments passés en sa compagnie ont été partagés en ligne. Ils l’ont dépeinte comme une personne « inspirante, de bonne compagnie, positive et lumineuse ».

Sur les réseaux sociaux, on peut voir la victime et la conductrice participer à une fête entre amis sur un plan d’eau près de Salaberry-de-Valleyfield dans la journée de dimanche, quelques heures avant la collision mortelle.

La jeune Sherbrookoise est décédée dimanche soir sur la route 132, à St-Stanislas-de-Kostka, dans le secteur de Beauharnois-Salaberry.

Olivia Drozdoski-Richardson était la passagère d’une des deux voitures impliquée dans une collision survenue vers 20h30, rapporte la Sûreté du Québec (SQ).

Selon les informations préliminaires, un des deux véhicules aurait dévié de sa voie pour entrer en collision avec un véhicule arrivant en sens inverse, note Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie.

«Il y avait deux personnes dans chaque véhicule impliqué dans cette collision, mentionne Mme Guindon. Dans le véhicule qui a dévié de sa trajectoire, la passagère est décédée des blessures qu’elle a subies et la conductrice est considérée blessée gravement.»

«Dans le véhicule percuté, les deux personnes ont subi des blessures, par contre on ne craint pas pour leurs vies.»

Ce sont les policiers du poste de la MRC de Beauharnois-Salaberry de la SQ qui ont été appelés à se rendre sur place.

Une enquête a été ouverte afin d’éclaircir les circonstances de cette collision mortelle, mentionne encore Mme Guindon.

«Il y aura analyse d’échantillon sanguin afin de déterminer si la conductrice du véhicule qui a dévié avait la capacité de conduire affaiblie.»

«Il y aura également inspection mécanique concernant les véhicules impliqués. Il est possible que la distraction soit aussi un élément contributif à cette collision», dit-elle.