Noyade d’une fillette: une famille venue ici «chercher la stabilité»

« La famille s’effrite petit à petit », se désole Mohamed Golli de l’Association culturelle islamique de l’Estrie (ACIE) à propos de la famille de la jeune réfugiée syrienne de 8 ans qui a péri dimanche dans la rivière Magog.

Dans un élan de solidarité, l’ACIE s’efforce de mobiliser la communauté pour venir en aide à la famille, qui déjà avait quitté la Syrie sans père.

Lire aussi : Les «nouveaux Canadiens» victimes de noyade

Toujours sans nouvelles de ce dernier, la famille vivait à Sherbrooke depuis environ deux ans. « Ils sont venus ici pour chercher la stabilité, et maintenant ils vivent un autre drame, commente M. Golli. C’est un choc qui ne fait que les affaiblir. »

La jeune fille a été enterrée lundi après-midi au cimetière islamique de Laval. Son corps y a été transporté dans la nuit de dimanche à lundi par le complexe funéraire Steve L. Elkas.

« Nous avons été très reconnaissants qu’ils procèdent au transport à une heure aussi tardive, note M. Golli. Généralement, dans le rite musulman, c’est important d’accélérer l’enterrement de la dépouille dès que le décès est confirmé. »

L’ACIE s’est pour le moment occupée d’assumer les frais d’enterrement de 2500 $ ainsi que les frais de transport, qui s’élevaient à 300 $. L’organisme tiendra une collecte de fonds à ses locaux (au 1200, rue Massé) le vendredi 3 août, de 12 h à 14 h 30, afin que la famille n’ait rien à débourser de cette somme et qu’elle dispose d’un léger coussin en attendant d’être remise sur pied. Des mesures gouvernementales devraient toutefois accorder à cette dernière un remboursement d’un maximum de 2500 $, souligne M. Golli.

Mohamed Golli

Barrière de langue

« Un des plus gros défis pour les membres de la famille a été la barrière de langue. Il fallait qu’ils puissent communiquer et gérer cette frustration. Il y avait beaucoup de surprises et d’interrogations » partage Mohamed Golli, à qui on a demandé dimanche de se rendre à l’hôpital pour aider la famille à communiquer avec les différents intervenants et les membres du personnel médical.  

Rappelons qu’une balade en famille aux abords de la rivière Magog au centre-ville de Sherbrooke a mal tourné dimanche après-midi quand la fillette est tombée à l’eau. Elle a été emportée par le courant sous les yeux de ses proches, qui ont tout tenté pour la rescaper.

Ce sont finalement des secouristes qui ont repêché le corps inanimé de la jeune fille un peu avant 17 h 30, après plus d’une heure de recherches. Le décès de la fillette a été constaté à son arrivée à l’hôpital.