Sylvain Longpré

Nicotine liquide: 45 jours de prison pour Sylvain Longpré

Sylvain Longpré devra passer 45 prochains jours derrière les barreaux pour avoir importé illégalement de la nicotine liquide au Canada.

Devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mercredi, il a reconnu avoir donné des indications fausses lors de l’importation de nicotine liquide au Canada.
Propriétaire de l’entreprise Vaporium aux Galeries 4-Saisons, il avait contacté une entreprise chinoise pour importer au pays de la nicotine liquide pure à 99,8 pour cent.
Sylvain Longpré a reconnu s’être informé du taux de succès d’importer de tels produits au Canada. L’entreprise chinoise lui a fourni une fiche explicative du produit chimique sous lequel la nicotine liquide serait importée, afin de déjouer les agents des Services frontaliers du Canada.
Entre novembre 2013 et mai 2014, il a effectué six transactions avec la compagnie asiatique pour importer 300 à 400 kilos de nicotine liquide.
La valeur d’un kilo de nicotine liquide est d’environ 300 $ américains.
Le procureur aux poursuites pénales au dossier Me Frank D’Amours a expliqué au tribunal qu’un millilitre de nicotine liquide permettait de faire une cigarette. La nicotine liquide saisie équivaut à environ 400 000 cigarettes.
Lors des perquisitions au domicile de Sylvain Longpré et à son entreprise Vaporium, plusieurs courriels ont été trouvés dans le cadre de cette enquête.
Sylvain Longpré a aussi plaidé coupable d’avoir introduit ou tenté d’introduire illégalement des marchandises passibles de droits ou dont l’importation est prohibée, soit de la nicotine liquide.

Me Frank D’Amours

Ces événements se sont déroulés au poste frontalier d’East Hereford et Stanstead les 9 et 20 juin 2014 où il n’a pas déclaré des fioles contenant 50 ml de nicotine liquide à deux pour cent par volume.
« Ce sont des produits réglementés en vertu de la Loi sur les aliments et drogues », a précisé Me D’Amours.
En plus de la peine de prison discontinue de 45 jours qui seront purgés une fin de semaine sur deux dans la cadre de probation de six mois, il devra payer une amende de 10 000 $ au cours des 12 prochains mois.
« C’est une accusation relativement rare. C’est la première fois que j’impose une peine en matière d’importation de nicotine liquide en 15 ans. C’est une peine qui m’apparaît raisonnable dans les circonstances », a souligné le juge Chapdelaine en imposant la peine.
Même s’il continue de clamer qu’il importait la nicotine liquide pour aider les gens à cesser de fumer, il a tout de même plaidé coupable aux accusations qui avaient été déposées contre lui.
À bout de ressources financières pour tenir un procès qui devait avoir lieu en décembre prochain, le dirigeant de l’entreprise Vaporium qui était établie aux Galeries 4-Saisons à Sherbrooke jusqu’en 2016, a renoncé à se défendre des accusations qui avaient été déposées contre lui et y a plaidé coupable.
Christian Longpré, qui était le vice-président de l’entreprise Vaporium, a reconnu de son côté de gestes qui sont survenus le 6 janvier 2015 au poste frontalier de Stanstead, soit l’importation illégale de nicotine liquide au Canada.
Dans un véhicule cube loué, il a fourni une fausse déclaration et lors de la fouille, les agents des services frontaliers ont découvert 80 litres de nicotine pure à plus de 99 pour cent d’une valeur d’environ 15 000 $.
Une peine de quatre mois à purger dans la collectivité et une amende de 2500 $ lui ont été imposées.
Poursuite
Sylvain Longpré signale que la poursuite civile de 27,8 millions de dollars contre le Procureur général du Canada, Santé Canada et l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour les dommages qu’il a subis à la suite des perquisitions et des accusations déposées contre lui et ses entreprises, en 2014 a été mise sur la glace pour des raisons financières.
Sylvain Longpré a déposé cette poursuite en son nom personnel et celui des deux compagnies qu’il préside, Vaporium et Vaperz Canada Inc.