Pascal Martineau avant d’être condamné à une peine de neuf mois de prison au palais de justice de Sherbrooke pour production de cannabis.

Neuf mois pour un producteur de cannabis

Impliqué dans une plantation de cannabis qui avait été repérée du haut des airs, Pascal Martineau de Martinville passera les neuf prochains mois derrière les barreaux.

S’il est arrivé en liberté au palais de justice de justice de Sherbrooke, mardi, l’individu sans antécédent judiciaire est reparti menottes aux poings dans un fourgon cellulaire.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec lui a imposé une peine de neuf mois de prison. Martineau a aussi effectué un don de 3000 $ au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

C’est une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Michel Dussault, représenté, mardi, par Me Christian Raymond, et du procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille qui a permis d’imposer la peine sans qu’un débat soit nécessaire.

« Le dossier a fait l’objet d’une conférence de facilitation. La suggestion m’apparait raisonnable dans les circonstances. Les avocats au dossier ont pu donner leur point de vue. C’est une peine individualisée à votre situation particulière. Je tiens compte du don et de la nature des substances saisies », a indiqué le juge Chapdelaine en imposant la peine à Martineau.

En septembre 2016, les policiers de la Sûreté du Québec ont réussi à repérer à bord d’un hélicoptère des îlots de production de cannabis dissimulés près d’une cabane à sucre appartenant à Pascal Martineau.

« C’est un dossier de production et de possession dans le but d’en faire le trafic. Nous avions obtenu des informations, il y avait eu un survol de lieux et les policiers avaient obtenu un mandat de perquisition. Le propriétaire avait été arrêté sur les lieux », a expliqué au tribunal Me Robitaille.

Lorsque les policiers sont débarqués chez lui dans le cadre d’une opération d’éradication Cisaille, Martineau arrivait sur place. Les policiers ont saisi 179 plants de cannabis dans les îlots repartis dans les champs.

En octobre 2017, Martineau avait plaidé coupable aux accusations de production de cannabis ainsi que de possession de cannabis dans le but d’en faire le trafic à Martinville et Saint-Isidore-de-Clifton ainsi que de possession d’armes mal entreposées.

Parce qu’en plus des plants de cannabis, les policiers ont aussi fait des découvertes dans des bâtiments appartenant à Pascal Martineau.

La saisie des plants extérieurs a permis d’obtenir un second mandat de perquisition pour fouiller la résidence et la cabane à sucre du suspect.

Des quantités de cocottes de cannabis qualifiées d’importantes par la poursuite ont été trouvées soit 4,7 kilos dans la maison et 8,3 kilos dans la cabane à sucre.