La faible production de litière de bois pour les animaux de ferme pousse les agriculteurs à s’équiper pour en fabriquer. Il y a un risque, avertit la firme Promutuel Assurance Centre-Sud.
La faible production de litière de bois pour les animaux de ferme pousse les agriculteurs à s’équiper pour en fabriquer. Il y a un risque, avertit la firme Promutuel Assurance Centre-Sud.

Mise en garde contre la production de litière de bois

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
La faible production de litière de bois pour les animaux de ferme pousse les agriculteurs à s’équiper pour en fabriquer. Il y a un risque.

C’est l’avertissement que lance la firme Promutuel Assurance Centre-Sud. Alors que le coût de la ripe de bois augmente en raison de la crise liée à la COVID-19, on met en garde les agriculteurs contre la technique du soufflage pour l’épandage de la litière dans les bâtiments, laquelle peut provoquer des incendies.

« Nous remarquons que les agriculteurs commencent à s’équiper avec des broyeurs de bois pour produire de la litière », commente Éric Mathieu, conseiller en prévention chez Promutuel.

« Ça ne prend qu’une pièce de métal qui provoque des tisons pour ensuite dégénérer en incendie. Les tisons vont couver longtemps dans l’amoncellement de bran de scie. Quand on le brasse avec la pelle d’un tracteur, on lui donne de l’oxygène et le feu peut prendre. »

C’est pourquoi on rappelle l’importance de confier cette tâche à des professionnels qui disposent de l’équipement approprié et connaissent les méthodes adéquates afin d’éviter les accidents ou les dommages, ajoute M. Mathieu.

« Le soufflage de la litière augmente les risques de sinistres et peut fragiliser la structure des bâtiments. Comme nous avons à cœur la sécurité de nos membres assurés et la prévention, nous les encourageons, malgré un coût supplémentaire, à faire appel à des professionnels », dit-il.

Les risques d’incendie sont principalement liés à deux phénomènes, soit l’électricité statique générée lors du transfert de la matière dans l’appareil de soufflage et les tuyaux de projection ainsi que la présence de roches ou de morceaux de métal qui, par frottement, peuvent enflammer la litière, ajoute la firme active dans le secteur agricole. On proscrit aussi l’utilisation du hache-paille sur les fermes.

De plus, l’accumulation d’une quantité importante de paille ou de ripe dans une section restreinte du bâtiment peut entraîner un affaissement partiel de la structure.

On ne répertorie pas d’incendie de ferme ayant été causé par cette technique de fabrication maison de litière pour animaux de ferme dans la région, assure Éric Mathieu. « Nous voulons faire de la sensibilisation, car on remarque que les agriculteurs veulent s’équiper », note-t-il.

« Quand il y a des incendies de ferme de nos jours, on parle souvent de dommages de plusieurs centaines de milliers de dollars ou de millions de dollars. »