Mis à l’amende pour avoir coupé la queue de son chien

Un individu de 63 ans de Coaticook devra payer une amende de 3750 $ pour avoir coupé la queue de son chien.

Yves Michel Bourquart a plaidé coupable d’une accusation pénale de ne pas s’être assuré que son animal ne soit pas soumis à aucun abus ou mauvais traitement pouvant affecter sa santé.
Le propriétaire de l’animal a utilisé un élastique et un exacto pour couper la queue de son chien en mars 2016.
« Nous avions reçu une plainte en ce sens. Nous sommes allés constater sur place. Certains éléments de preuve ont aussi été trouvés à la clinique vétérinaire de Coaticook où le chien avait été amené », explique la porte-parole de la Société protectrice des animaux en Estrie (SPA-Estrie), Geneviève Cloutier.
C’est l’amende minimale de 2500 $ plus les frais judiciaires qui lui ont été imposés en vertu de la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal.
Les inspecteurs de la SPA-Estrie étaient présents au palais de justice de Sherbrooke pour témoigner dans cette affaire. L’accusé a cependant choisi de plaider coupable au constat d’infraction qui lui avait été émis.
Cette pratique de couper la queue d’un animal à des fins esthétiques a été interdite en janvier 2016 par l’ordre des médecins vétérinaires du Québec.
« C’est une pratique cruelle et rétrograde. Il est encore plus inconcevable de le faire par soi-même. Les risques d’infection sont très grands. Cette pratique peut aussi entraîner des douleurs chroniques pour l’animal. Étant donné que le chien utilise sa queue pour communiquer, le fait de la couper peut avoir certaines conséquences néfastes en ce sens », mentionne Geneviève Cloutier.