Pascal Gagnon

Meurtre d'un partenaire d'affaires: Gagnon veut entendre les témoins civils

Même s’il ne conteste pas sa citation à procès, Pascal Gagnon souhaite entendre les témoins civils et policiers concernant l’accusation de meurtre au premier degré portée contre lui.

Gagnon est accusé du meurtre prémédité d’Érick Lavoie. Pascal Gagnon aurait abattu son ancien partenaire d’affaires le 4 décembre 2017 au domicile de la victime sur la rue de Bordeaux dans le secteur Rock Forest.

À lire aussi: Meurtre d’Érick Lavoie : une semaine d’enquête préliminaire pour Pascal Gagnon

Procès de Pascal Gagnon : la preuve divulguée

Meurtre d'un partenaire d'affaires: la cause de Gagnon reportée

Vêtu d’un complet gris et d’une cravate mauve, Gagnon a assisté à la première journée de son enquête préliminaire, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

Il a demandé à être muni de papier et d’un crayon afin de pouvoir prendre des notes dans le but de mieux communiquer avec son avocate Me Michèle Lamarre-Leroux de l’aide juridique.

C’est le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec qui préside cette étape des procédures préalable au procès.

La procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau doit assigner 23 témoins lors des quatre jours d’enquête préliminaire prévus au palais de justice de Sherbrooke.

Les policiers du Service de police de Sherbrooke doivent d’abord témoigner, suivis de ceux de la Sûreté du Québec. Ce n’est qu’après les témoignages des policiers que les témoins civils seront appelés à la barre.

L’enquête préliminaire est frappé d’une ordonnance de non-publication concernant le contenu des témoignages qui empêche de divulguer tout renseignement relatif à la preuve au dossier.

Le procès devant jury de Pascal Gagnon sur le crime le plus grave du Code criminel sera fixé au cours des prochaines semaines à la suite de l’enquête préliminaire.

Gagnon est détenu depuis son arrestation dans cette affaire.

Il n’a pas demandé d’enquête sur remise en liberté.