Une affaire de vengeance serait à l’origine du meurtre d’Héliodore Dulac de Milan.

Meurtre d'Héliodore Dulac: une vengeance?

Une affaire de vengeance serait à l’origine du meurtre d’Héliodore Dulac de Milan.

Ian Bélanger et sa conjointe Kassandra Harpin ont été formellement accusés, lundi, du meurtre au deuxième degré de l’homme de 72 ans le 3 juin dernier. L’homme de 40 ans et la femme de 29 ans ont été amenés l’un après l’autre devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Lire aussi: Deux suspects arrêtés pour le meurtre d'Héliodore Dulac

Bélanger est apparu le premier devant la juge Fabi. Cheveux longs attachés, lunettes et air impassible, Bélanger est resté attentif lors de l’énumération des personnes avec qui il ne peut communiquer pour la durée des procédures.

En plus de l’accusation de meurtre au deuxième degré, Bélanger est aussi accusé de menaces de mort de trois personnes le 3 septembre.

Des interdits de communiquer avec ces personnes ont aussi été imposés par le tribunal.

Une interdiction de contact entre les deux accusés a été prononcée. Le dossier de Ian Bélanger, qui possède des antécédents judiciaires, a été reporté au 17 septembre.

Kassandra Harpin semblait plus affectée de se retrouver menottes aux poings dans le box des détenus. Elle a demandé la permission de communiquer avec Ian Bélanger dans l’objectif de préparer leurs dossiers respectifs devant le tribunal.

Kassandra Harpin

Elle a fermé les yeux et semblait retenir ses larmes en regardant dans la salle d’audience en direction de proches présents pour la comparution.

Le dossier de Kassandra Harpin a été reporté au 14 septembre.

Étant donné qu’il s’agit d’un dossier de meurtre, le fardeau de la preuve est inversé relativement à la remise en liberté des deux accusés.

Bélanger et Harpin restent détenus jusqu’à nouvel ordre.

Me Christian Raymond et Me Michel Dussault assurent la défense de Ian Bélanger, alors que Me Marc-Andre Champagne de l’aide juridique représente les intérêts de Kassandra Harpin.

Me Claude Robitaille et Me Isabelle Dorion représentent le ministère public.

La peine minimale pour le meurtre au deuxième degré est la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans.

« Nous avons remis toute la preuve que nous avons. C’est une longue enquête, alors nous allons remettre les nouveaux éléments lorsque nous les aurons en notre possession », a indiqué Me Dorion.

Héliodore Dulac

Bélanger et Harpin ont passé la fin de semaine dernière les barreaux. Ils avaient été arrêtés, vendredi dernier, sur la voie publique à Lambton.

Après avoir été interrogés par les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, les deux accusés ont comparu en fin de semaine par voie téléphonique.

L’homme de 72 ans avait été retrouvé sans vie le 3 juin à sa résidence du chemin Yard à Milan dans la MRC du Granit.

Le décès a été considéré au départ comme une mort suspecte. Des analyses plus poussées ont permis de confirmer la thèse du meurtre.

Le mobile exact du crime reste à être déterminé. La vengeance de Bélanger et Harpin envers Héliodore Dulac, qu’ils connaissaient, serait à l’origine de l’un des rares meurtres à avoir été perpétré récemment dans la MRC du Granit.