Kassandra Harpin devra rester détenue durant les procédures judiciaires relative au meurtre d’Héliodore Dulac.

Meurtre d’Héliodore Dulac : Kassandra Harpin reste détenue

Accusée du meurtre au deuxième degré d’Héliodore Dulac à Milan, Kassandra Harpin devra rester détenue pour la durée des procédures judiciaires.

La femme de 29 ans est accusée du meurtre au deuxième degré de l’homme de 72 ans le 3 juin dernier à Milan en compagnie de Ian Bélanger.

Elle est détenue depuis le 7 septembre dernier, le jour de son arrestation à Lambton.

Le juge Martin Bureau de la Cour supérieure a déterminé, mercredi, qu’elle n’avait pas rempli le fardeau de prouver qu’elle pouvait être remise en liberté sous conditions.

« Le maintien de la détention apparaît nécessaire. Le tribunal rejette la requête de mise en liberté provisoire », conclut le juge Bureau.

Kassandra Harpin semblait nerveuse lors de la lecture de la décision au palais de justice de Sherbrooke. Les yeux rougis, elle a essuyé ses larmes à quelques reprises.

Elle a enlevé ses lunettes et fermé les yeux lorsque le juge a déterminé qu’elle devait rester détenue. Kassandra Harpin a fondu en larmes en regagnant les cellules après avoir croisé le regard de sa mère présente dans la salle d’audience.

La poursuite s’opposait à la remise en liberté de Kassandra Harpin pour assurer la protection et la sécurité du public et des témoins ainsi que pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice.

Le juge Bureau estime lui aussi que Kassandra Harpin « n’a pas démontré la non-nécessité de sa détention pour la protection et la sécurité du public, incluant d’éventuels témoins ».

Le juge Bureau considère également qu’elle n’a pas satisfait son fardeau de ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice.

« Non seulement la confiance du public serait miné si le Tribunal refuse d’ordonner la détention, mais au surplus, en ordonnant cette détention, la confiance du public ne sera certainement pas minée », estime le juge Bureau.

L’enquête sur remise en liberté s’était déroulée sur deux jours la semaine dernière à Lac-Mégantic.

Un sergent-enquêteur de la division des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec était venu présenter le contenu de l’enquête effectuée jusqu’à maintenant. Diverses pièces à conviction ont aussi été déposées devant le juge.

Une ordonnance de non-publication a été demandée par les procureurs aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille et Me Isabelle Dorion ce qui empêche de révéler le contenu de la preuve.

L’avocat de la défense Me Marc-André Champagne et Me Nathalie Gaulin de l’aide juridique avaient proposé des conditions très restrictives pour encadrer Kassandra Harpin. Ils ont reporté son dossier à vendredi pour fixer l’enquête préliminaire.

Ian Bélanger

La preuve commune, qui a été faite par la poursuite, sera versée dans le dossier de Bélanger à la fin du mois d’octobre.

Me Thomas Walsh et Me Charles Shearson présenteront leurs preuves et leurs arguments le 31 octobre concernant la remise en liberté de Ian Bélanger.

Héliodore Dulac a été retrouvé sans vie à sa résidence du chemin Yard à Milan, dans la MRC du Granit.