Kassandra Harpin

Meurtre d’Héliodore Dulac : Harpin change d’avocat

Accusée du meurtre au deuxième degré d’Héliodore Dulac à Milan, Kassandra Harpin a demandé deux semaines supplémentaires pour fixer l’enquête préliminaire dans son dossier.

Aussi accusé dans cette affaire, Ian Bélanger attendra aussi au 10 décembre prochain avant que le dossier soit fixé à cette étape préliminaire au procès.

À lire aussi: Meurtre d’Héliodore Dulac : Kassandra Harpin reste détenue

Meurtre d’Héliodore Dulac : Harpin et Bélanger en cour à Lac-Mégantic

Meurtre d'Héliodore Dulac: une vengeance?

Héliodore Dulac a été retrouvé sans vie à sa résidence du chemin Yard à Milan le 3 juin dernier.

Les deux accusés étaient de retour devant le juge Conrad Chapdelaine, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

« J’ai reçu la communication de la preuve dans le dossier. Je vais pouvoir faire un survol du dossier et ainsi mieux envisager la suite», a expliqué Me Caroline Monette, qui représentera désormais Kassandra Harpin.

Kassandra Harpin est détenue depuis le 7 septembre dernier, le jour de son arrestation à Lambton.

Le juge Martin Bureau de la Cour supérieure a rejeté la requête de remise en liberté provisoire de l’accusée en octobre dernier.

La poursuite s’opposait à la remise en liberté de Kassandra Harpin pour assurer la protection et la sécurité du public et des témoins ainsi que pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice.

Le juge Bureau estime lui aussi que Kassandra Harpin n’avait « pas démontré la non-nécessité de sa détention pour la protection et la sécurité du public, incluant d’éventuels témoins ».

La preuve commune, qui a été faite par la poursuite lors de l’enquête sur remise en liberté, sera versée dans le dossier de Bélanger qui reste en suspens.

Me Thomas Walsh et Me Charles Shearson, qui défendent Bélanger, ont pris un pas de recul avant de présenter leurs preuves et arguments à la suite du refus du tribunal de remettre Kassandra Harpin en liberté.

« Nous sommes officiellement encore au stade de l’enquête sur remise en liberté dans le dossier de Ian Bélanger. Il n’a toujours pas présenté sa preuve », a indiqué la procureure aux poursuites criminelles, Me Isabelle Dorion.

Le juge Chapdelaine a pris les devants en demandant de regarder à libérer leur agenda afin que des dates soient réservées rapidement pour la tenue de l’enquête préliminaire. 

Une ordonnance de non-publication a été demandée dans le dossier ce qui empêche de révéler le contenu de la preuve.