Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert sans vie le 3 août 2019 vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’arrondissement de Fleurimont.
Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert sans vie le 3 août 2019 vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’arrondissement de Fleurimont.

Meurtre de Thomas Cameron: l’accusé choisira son mode de procès en juin

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
 Ce n’est pas avant le mois de juin prochain que sera déterminé le moment du procès du jeune homme accusé du meurtre au premier degré de Thomas Cameron à Sherbrooke.

Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert sans vie le 3 août 2019 vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’arrondissement de Fleurimont.

En février dernier, l’accusé avait demandé la permission de subir une évaluation professionnelle avant de déterminer le type de procès qu’il doit subir. Ce rapport d’évaluation doit être soumis à l’avocate de la défense Me Kim Dingman d’ici la mi-avril.

« J’ai parlé avec mon client. J’ai besoin de plus de temps pour préparer le dossier. La demande de remise est faite par la défense. Nous ne sommes pas encore prêts même si nous travaillons fort dans le dossier. Je m’engage à rester proactive et à vous aviser rapidement de mon orientation pour le mode de procès », explique Me Dingman.

Le dossier de l’accusé, qui était âgé de 17 ans au moment des événements allégués, était de retour, mardi, devant le juge Charles Ouellet de la Cour supérieure au palais de justice de Sherbrooke.

Celui qui est accusé d’avoir causé la mort de Thomas Cameron a été cité à son procès en octobre 2020 relativement à l’accusation de meurtre prémédité. 

Le dossier se déroule en vertu des règles de pratique de la chambre de la jeunesse.

L’accusé peut décider de subir un procès devant juge et jury, devant un juge seul de la Cour supérieure ou devant un juge de la Cour du Québec si la poursuite donne son consentement.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux a mentionné au tribunal qu’aucune option de mode de procès n’était exclue.

Le dossier a été reporté au 7 juin pour faire le choix du mode de procès.

L’accusé ne peut être identifié étant donné que les procédures se déroulent selon la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA). 

Une ordonnance de non-publication, émise dès le début des procédures, empêche de révéler le contenu des témoignages entendus à l’enquête préliminaire. 

Au début des procédures, une demande d’assujettissement à une peine adulte avait été déposée par la poursuite. Cette requête sera entendue seulement si l’accusé est reconnu coupable du crime qui lui est reproché.

Adolescente coupable

L’adolescente qui a reconnu son implication dans le meurtre de Thomas Cameron a été condamnée à une peine totale de 30 mois de placement le 21 janvier dernier. 

Elle avait plaidé coupable en octobre 2020 à une accusation d’homicide involontaire coupable. 

L’adolescente dont l’identité est protégée en vertu de la LSJPA résidait en garde fermée depuis son arrestation dans cette affaire le 4 août 2019. 

Ces 15 mois de garde fermée ont été tenus en compte dans la peine imposée. 

Une peine de placement de 15 mois, dont les 12 premiers en garde ouverte en centre jeunesse et les trois autres sous conditions en fonction de son évolution ont été ajoutés. Ces conditions seront émises à la fin de 2021. 

Au terme de ce placement, l’adolescente devra respecter les conditions d’une probation de 18 mois où elle sera soumise à un couvre-feu pour les six premiers mois et à un suivi pour la première année de cette probation.