Tom Néron

Meurtre de sa mère: l’évaluation de Néron est prolongée

L’évaluation de la responsabilité criminelle de Tom Néron au moment où il aurait asséné des coups de couteau mortel à sa mère en janvier dernier à Sherbrooke est prolongée.

L’individu de 35 ans, qui vit vraisemblablement avec un trouble de santé mentale possiblement lié à la schizophrénie, est accusé du meurtre au deuxième degré de sa mère Arlène Girard, sur la rue du Paillard dans le secteur de Rock Forest.

Lire aussi: Tom Néron accusé du meurtre de sa mère

La demande de prolongation de son avocat Me Marc-André Champagne de l’aide juridique faite de concert avec le ministère public a été autorisée devant le juge Sylvain Provencher de la Cour supérieure, lundi, au palais de justice de Sherbrooke.
« L’hôpital a communiqué avec nous pour demander un délai supplémentaire », explique Me Champagne.
Le manteau d’hiver attaché jusqu’au cou et les menottes aux poings Néron s’est avancé lentement dans le box des détenus. Il a regardé devant lui, puis au sol sans présenter d’émotion particulière lors de son bref passage devant le tribunal.
La demande d’évaluation de sa responsabilité criminelle au moment où il a asséné des coups de couteau à sa mère et ainsi causé sa mort le 8 janvier 2018 à Sherbrooke avait été faite au début du mois de février dernier.
La procureure aux poursuites criminelles Me Laïla Belgharras et l’avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l’aide juridique avaient demandé conjointement que cette évaluation soit faite en vertu de l’article 16 du Code criminel.
En attendant les conclusions du département de psychiatrie légale du CHUS, une interdiction de contact a été ajoutée dans le dossier.
Néron ne pourra pas communiquer avec un autre de ses frères.
Une interdiction de communiquer avec d’abord été imposée à Tom Néron avec quatre autres membres de sa famille.
Arlène Girard était mère de dix enfants. Tom Néron demeurait à la résidence familiale.
L’accusation de meurtre au deuxième degré est passible d’une peine de détention à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle entre 10 et 25 ans.
Tom Néron a été arrêté sur les lieux du drame vers 16 h 15. Il n’a pas résisté à son arrestation et a été très collaboratif lors de son interrogatoire.
Le dossier a été reporté au 16 avril 2018.