William Pratte et Brandon Vaillancourt sont maintenant accusés de l’homicide involontaire coupable de Félix Bergeron.

Meurtre de Félix Bergeron: les trois prévenus accusés d’homicide involontaire coupable

Les trois hommes s’étant introduits par effraction chez Félix Bergeron le 18 juillet sont désormais accusés de l’homicide involontaire coupable du jeune Sherbrookois de 21 ans.

William Pratte et Brandon Vaillancourt, âgés respectivement de 19 ans et 18 ans, ont donc été accusés vendredi du meurtre de Félix Bergeron, tout comme leur complice Robert Sargeant, mis en accusation le 20 juillet.

Dans le cadre de l’enquête sur remise en liberté des accusés, à laquelle a renoncé d’emblée Robert Sargeant, le procureur Me Claude Robitaille s’est opposé à leur libération vendredi au palais de justice de Sherbrooke.

Les éléments de l’enquête de la Sûreté du Québec auraient démontré l’implication de Pratte et Vaillancourt dans l’homicide. L’enquête fait l’objet d’une ordonnance de non-publication. 

« Il y a un chef d’accusation d’homicide involontaire qui a été porté contre M. Pratte et M. Vaillancourt, explique le procureur pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales, Claude Robitaille. Suite à la réception de la preuve, on a pu prendre connaissance de la preuve au complet. Après l’étude de cette preuve, on a décidé de prendre des accusations supplémentaires contre eux. »

« Il y a pu y avoir une étude approfondie de la preuve qui avait été soumise et il y a des éléments de preuves nouveaux, alors on a pu en prendre connaissance », poursuit-il.

Sargeant, Pratte et Vaillancourt sont aussi accusés de braquage du domicile de Félix Bergeron et de possession de drogue. 

Rappelons que l’homicide est survenu dans un appartement d’un immeuble situé au coin des rues Gordon et Sanborn, au centre-ville de Sherbrooke. Une altercation a eu lieu dans le logement le mercredi 18 juillet vers 23 h 30.

William Pratte était représenté par Me Julie Beauchemin, Robert Sargeant par Me Vinh Nguyen et Brandon Vailancourt par Me Mireille Leblanc.

La cause a été prise en délibéré par le juge Érick Vanchestein. Pratte et Vaillancourt devraient savoir le 15 août s’ils retrouveront leur liberté durant l’enquête. 

Robert Sargeant