Brandon Vaillancourt, Robert Sargeant et William Pratte

Meurtre de Félix Bergeron: les accusés se donnent une semaine de réflexion

Robert Sargeant, Brandon Vaillancourt et William Pratte se donnent encore une semaine avant de prendre position dans leur dossier relatif au meurtre de Félix Bergeron au centre-ville de Sherbrooke à l’été 2018.

Ces trois hommes, qui sont accusés de l’homicide involontaire coupable de Félix Bergeron à Sherbrooke en juillet 2018, étaient de retour au tribunal, mardi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

À lire aussi: Une autre chance pour Brandon Vaillancourt

Brandon Vaillancourt reconnu coupable de bris de conditions

« Les discussions avancent. Nous serons en mesure d’indiquer au tribunal la prochaine étape à prendre », a expliqué le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille.

C’est le 22 février que pourrait alors être fixée l’enquête préliminaire.

Pratte et Vaillancourt, qui sont en liberté, étaient accompagnés de proches et de membres de leurs familles au palais de justice de Sherbrooke.

La poursuite avait annoncé en décembre 2018 que toute la preuve avait été divulguée à la défense dans cette affaire.

Félix Bergeron, 21 ans, a été tué à son logement de la rue Sanborn le 18 juillet dernier au centre-ville de Sherbrooke.

En plus de l’accusation relative au décès de Félix Bergeron, les trois hommes sont accusés de complot dans le but de commettre une introduction par effraction pour y commettre un vol qualifié, soit un braquage de domicile.

Une ordonnance de non-publication émise à l’enquête sur remise en liberté empêche de révéler les faits de la cause.

Les avocats Me Mireille Leblanc, Me Julie Beauchemin et Me Vinh Nguyen assurent la défense des trois accusés.

William Pratte se trouve en maison de thérapie sous ordonnance du tribunal.

Son avocate Me Julie Beauchemin a déposé au tribunal un rapport de son évolution en thérapie.

Un léger assouplissement aux conditions de remise en liberté a été consenti à l’accusé.

Il pourra quitter la maison de thérapie où il est gardé une semaine sur deux pour aller demeurer chez ses parents.

Une modification a été permise à son couvre-feu.

William Pratte avait déjà bénéficié de sorties et d’une telle modification de son couvre-feu durant la période des Fêtes.

Brandon Vaillancourt, qui a été reconnu deux fois coupable de non-respects d’engagement, a obtenu à nouveau la confiance du tribunal en décembre 2018. Il a été détenu d’octobre à décembre pour avoir brisé ses conditions de remise en liberté.

Il réside chez ses parents et doit respecter de nombreuses conditions dont un couvre-feu.

La présence des deux accusés est exigée pour le retour du dossier le 22 février.

Robert Sargeant n’a pas fait de demande de remise en liberté.