Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mélissa Webb
Mélissa Webb

Mélissa Webb déclarée coupable du meurtre au second degré de David Frigon

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Mélissa Webb, 26 ans, est déclarée coupable du meurtre au second degré de David Frigon, commis à l'automne 2019 dans un point de vente de stupéfiants du quartier St-Sauveur, à Québec.

Après seulement une journée de délibérations, les 12 jurés ont rendu leur verdict vers 20h mercredi au palais de justice de Québec. 

Plusieurs membres de la famille de la victime avaient eu le temps de se rendre en salle d'audience. Ils sont restés parfaitement silencieux après que la jurée numéro 7 ait prononcé le verdict de culpabilité à l'accusation portée contre Mélissa Webb, jusque là sans antécédent judiciaire. La jeune femme, seule dans le box de détention, a éclaté en sanglots dès le prononcé du verdict. Elle pleurait encore lorsqu'elle a été sortie de la salle d'audience pour être ramenée en détention.

Le 30 septembre 2019, une violente bagarre a éclaté entre deux hommes dans une piquerie de la rue Napoléon, dans le quartier Saint-Sauveur à Québec. Pendant que Martin Bolduc et David Frigon se battaient, Mélissa Webb est entrée dans le petit logement. Un témoin l'a vu donner un coup de couteau à l'abdomen de Frigon, 42 ans. L'homme s'est effondré et est mort d'une hémorragie interne massive. Selon le pathologiste, un seul coup avec un objet piquant et tranchant s'est révélé fatal.

Webb affirmait avoir exhibé son couteau pour se défendre face à un David Frigon menaçant. Selon elle, l'homme se serait blessé lui-même sur le couteau en fonçant sur elle. 

Le jury avait le choix entre les verdicts de culpabilité à l'accusation de meurtre au second degré, d'homicide involontaire, d'agression armée et l'acquittement.

Les observations sur la peine auront lieu dès vendredi devant le juge François Huot de la Cour supérieure. La procureure de la Couronne Me Caroline Munger a indiqué que la famille de David Frigon souhaiterait alors s'adresser au tribunal. L'avocat de la défense Me Sébastien St-Laurent a fait valoir d'emblée qu'il ne voyait aucun facteur aggravant qui entraînerait une augmentation du délai minimal de 10 ans avant que sa cliente, condamnée à la prison à perpétuité, puisse présenter une demande de libération conditionnelle. Pour le meurtre au second degré, le délai d'inadmissibilité à la libération conditionnelle peut varier de 10 à 25 ans.