McDuff écope 18 mois de prison pour une attaque au répulsif à ours

Steve McDuff a écopé de dix-huit mois de prison pour une attaque au répulsif à ours dans l'objectif de voler la cagnotte gagnée par une sexagénaire au bingo.
L'individu de 30 ans a reconnu s'être procuré cette substance, avoir identifié sa victime, l'avoir suivie puis de l'avoir attaquée à son domicile dans l'objectif de la voler le 17 février dernier à Saint-Denis-de-Brompton.
« La planification et la préméditation de cette attaque sur une personne sans défense sont d'une gravité subjective importante. Vous avez pris la peine de vous munir d'une arme avant d'attaquer une femme de 60 ans sans défense », a signalé le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec en imposant la peine, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.
L'individu de 30 ans de Sherbrooke a plaidé coupable aux accusations de vol qualifié, d'introduction par effraction, intrusion de nuit et de menaces.
« Vous représentez un danger significatif pour autrui. Il faut vous isoler de la société pour un temps significatif », a indiqué le juge Chapdelaine à l'accusé.
McDuff a tenté de dérober le sac à main de la victime qui arrivait à sa résidence avec son conjoint, sur la rue Mont-Girard à Saint-Denis-de-Brompton. La dame revenait du bingo, où elle avait remporté un prix en argent. Comme il n'a pas réussi à s'emparer du sac à main, McDuff a aspergé le couple de répulsif à ours avant de prendre la fuite à pieds.
Vers minuit, un couple habitant sur la route 249, dans le même secteur, a entendu McDuff s'introduire dans sa résidence. Le suspect, constatant que les occupants étaient présents, a encore une fois pris la poudre d'escampette.
Il a aussi plaidé coupable à des accusations de voies de fait simple, bris d'engagement et possession de stupéfiants pour des événements commis à divers moments entre juillet et novembre 2016.
McDuff, qui avait été remis en liberté sous conditions en maison de thérapie, y a consommé des stupéfiants puis a été expulsé. Steve McDuff, défendu par Me Kim Dingman, est détenu depuis ce moment.
« La consommation dans une maison de thérapie est très sérieuse, même pire qu'en détention. Vous exposez aux stupéfiants une population vulnérable qui est en cheminement ou dans un processus de sevrage » a rappelé le juge Chapdelaine.
La détention provisoire purgée par Steve McDuff a été retranchée de la peine.
Une probation de deux ans au cours de laquelle il ne pourra contacter les victimes et où il devra suivre une thérapie a été imposée.