Alexandre Martineau

Martineau portera en appel la décision de la commission d'examen des troubles mentaux

Déclaré non criminellement responsable de la tentative de meurtre de ses grands-parents à Sherbrooke, Alexandre Martineau portera en appel la décision de la commission d'examen des troubles mentaux du tribunal administratif du Québec.
Les commissaires ont déterminé qu'Alexandre Martineau représentait un risque réel et important pour la sécurité du public.
«Nous ne sommes pas d'accord avec cette conclusion. C'est ce que nous allons contester sur le fond. La preuve présentée au TAQ ne supporte pas cette prétention», explique l'avocat chargé de la défense d'Alexandre Martineau, Me Marc-André Champagne de l'aide juridique.
À la suite de cette conclusion, le TAQ avait imposé à Alexandre Martineau des conditions de remise en liberté.
Une ordonnance du TAQ lui imposait en novembre dernier de résider au Centre de réadaptation en dépendance et santé mentale de l'Estrie (CRDE), afin qu'il puisse poursuivre son cheminement.
Me Marc-André Champagne a obtenu la permission de la Cour d'appel du Québec pour que le délai soit prolongé afin que soit plaidée la requête.
Les arguments doivent être présentés au plus haut tribunal au Québec, le 24 mars prochain.
«Si la Cour d'appel me donne raison, la question légale va être terminée. Cependant, mon client devra poursuivre son suivi médical. il n'aura cependant plus d'obligation légale», mentionne Me Champagne qui avait confirmé cette démarche d'appel la semaine dernière au 107,7 FM.
Le 1er novembre dernier, le TAQ a accordé au jeune homme de 22 ans la possibilité de poursuivre sa réadaptation et sa psychoéducation relative à son trouble schizoïde qui l'a poussé à attaquer ses grands-parents à l'arme blanche, le 9 juin dernier sur la rue Mézy à Sherbrooke.
Sans antécédent judiciaire ou problème de consommation de drogue ou d'alcool, mais plus solitaire et introverti, Alexandre Martineau a commencé à présenter certains symptômes de maladie mentale environ quatre semaines avant de passer aux actes.
Accusé de tentative de meurtre, il a été déclaré non criminellement responsable pour troubles mentaux en septembre dernier.
Lors de l'audition devant le TAQ Alexandre Martineau avait accepté d'être confié au CRDE même s'il mentionnait avoir de la difficulté à accepter cette condition et que ce n'était pas son choix.
«Mon client a intégré le CRDE et son suivi se déroule très bien», mentionne Me Champagne.
Alexandre Martineau devra poursuivre son suivi avec son équipe traitante, ne pas posséder d'arme offensive et garder la paix.