Marcel Bergeron

Marcel Bergeron ne pourra plus conduire

Le multirécidiviste de l'alcool au volant Marcel Bergeron ne pourra plus jamais conduire.
Me Laïla Belgharras
L'individu de Weedon a été condamné à 54 mois prison, peine à laquelle il reste 36 mois à purger.
Bergeron a plaidé coupable, jeudi au palais de justice de Sherbrooke, à une neuvième récidive pour alcool au volant.
Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec lui a imposé un interdit de conduire à perpétuité.
À la suite d'un accident en mai 2016 sur le chemin Fontainebleau à Weedon, Bergeron a enregistré un taux de 180 mg d'alcool par 100 ml de sang, soit plus du double de la limite permise.
« C'est un dossier vraiment décourageant. Est-ce qu'il va falloir attendre que vos ennuis de santé soient affectés de façon permanente pour que vous arrêtiez de consommer? », a demandé à l'accusé le juge Chapdelaine.
C'est « sans hésitation » qu'il a imposé la peine de 54 mois, soit une peine de détention près de la peine maximale de cinq ans prévue au Code criminel pour la conduite avec les capacités affaiblies.
Me Mélissa Gilbert
Odeur d'alcool
C'est l'odeur d'alcool puis les pertes d'équilibre de Bergeron lors de l'accident du 25 mai 2016 qui avaient incité les témoins à contacter les policiers.
« Cette rechute est survenue à la suite d'un deuil qu'il avait eu à faire pour la perte d'un être cher. Il avait été sobre pendant plusieurs années. Il a fait des démarches aux Alcooliques anonymes en détention. Il souhaite faire une thérapie à sa sortie de prison », mentionne l'avocate de la défense, Me Mélissa Gilbert.
Bergeron a déjà été condamné en 2000 à une peine de trois ans de pénitencier avec une interdiction de conduire de six ans pour conduite avec les capacités affaiblies causant la mort. Il avait causé un accident en omettant d'effectuer son arrêt obligatoire à Stoke, le 21 octobre 2000. Lorsque les secouristes l'ont retiré de sa voiture après la collision, il avait encore une bouteille de bière entre les jambes. Cet accident survenu à l'intersection du 4e rang et de la route 216 avait coûté la vie à Mario Charest de Granby.
Lors de cet accident, il avait également blessé les deux passagers qui prenaient place dans son véhicule.
Le multirécidiviste de l'alcool au volant a été condamné pour conduite avec les facultés affaiblies en 1981, 1984, deux fois en 1986, 1991, 1996 et puis 2000. Sa dernière condamnation remonte à 2008 alors qu'il a été condamné à 18 mois de prison assortie d'une interdiction de conduire de cinq ans.
« C'est un multirécidiviste de plus de neuf dossiers de conduite avec les capacités affaiblies. Dans un cas comme celui-ci, il n'est pas rare d'imposer une interdiction de conduire à perpétuité. Nous sommes très près du maximum de la peine maximale prévue », explique Me Belgharras.
Marcel Bergeron est détenu depuis près d'une année dans cette affaire
« J'espère que la peine sera dissuasive », souhaite Me Belgharras.
Invité à s'adresser au tribunal, Marcel Bergeron a soutenu que c'était fini l'alcool pour lui.
« C'est certain que je boirai plus jamais. C'est fini », a assuré Marcel Bergeron.