Mandat d'arrestation émis contre Benoit Lepage

C'est avec les menottes aux poings que Benoit Lepage devra se présenter au tribunal. Alors que la victime s'était préparée pour témoigner au tribunal lors des observations sur la peine, Lepage n'a pas cru bon de s'y présenter.
Il est resté chez lui à Mascouche au lieu de se déplacer, mardi au palais de justice de Sherbrooke, où sa présence était exigée.
«Benoit Lepage savait clairement qu'il devait être ici. Ce n'est pas à lui de décider s'il peut ou non se présenter au tribunal. Je vais lancer un mandat d'arrestation», a mentionné la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.
Les gestes que Lepage a reconnus se sont déroulés en août 2016.
Après son arrestation, Benoit Lepage avait été évalué en psychiatrie légale.
Défendu par Me Alexandre Tardif, Lepage a plaidé coupable aux accusations de harcèlement criminel et de voies de fait causant des lésions.
Les gestes ont été commis le 13 août 2016 dans le cadre d'une chicane de couple.
Un marteau a été utilisé lors de ces événements. La victime aurait été frappée au visage, mais sans que cet objet soit utilisé.
«La victime vit un important stress à l'idée de venir témoigner au tribunal. Elle a de la difficulté à comprendre que l'accusé ait plaidé coupable, mais qu'il ne reconnaît pas les gestes les plus graves», explique la procureure aux poursuites criminelles au dossier, Me Marilène Laviolette.