David Deschênes

L’Institut Desgraff poursuit un ancien étudiant pour 460 000$

L’Institut Desgraff de Sherbrooke et son président fondateur David Deschênes ont entrepris une poursuite de 460 000 $ contre un ancien étudiant pour « préjudice pécuniaire et moral » à la suite de propos qu’ils jugent diffamatoires et de harcèlement de la part d’un ancien étudiant de la cohorte 2015-2016.

Éthienne Lessard-Lafond devra se défendre en Cour supérieure de cette poursuite de près d’un demi-million $ pour des commentaires formulés auprès de l’école privée de programmes 2D et 3D dans le domaine des jeux vidéo et du cinéma ainsi que par message privé auprès de David Deschênes.

L’Institut Desgraff a connu une baisse de recrutement pour sa cohorte 2018-2019, une première pour l’école privée depuis 2004. À la fin de l’été 2018, l’Institut avait huit inscriptions comparativement à 20, soit une cohorte pleine à cette même période.

La poursuite inscrite en Cour supérieure stipule que des recherches faites par David Deschênes à la suite de cette baisse d’inscription ont permis de retrouver des commentaires négatifs de la part de Éthienne Lessard-Lafond.

« Tous ces efforts, ce stress et ces bouleversements, jumelés aux actes diffamatoires du défendeur, ont causé beaucoup de découragement chez David Deschênes et dans l’équipe de l’Institut Desgraff, en plus de monopoliser le temps et l’énergie qui sont normalement consacrés aux étudiants actuels et aux anciens étudiants de l’Institut ainsi qu’au recrutement », indique la poursuite.

Le document déposé aux greffes du palais de justice de Sherbrooke mentionne que « la réputation et la crédibilité de l’institut Desgraff sont entachées de manière irréparable auprès de partenaires importants de l’industrie, rendant la tâche plus difficile pour le placement des étudiants, mais surtout pour le recrutement des étudiants ».

Concernant David Deschenes, la poursuite explique que le défendeur l’a harcelé « sans ménagement, le traquant, le punissant quand il tentait de couper les ponts pour se protéger, l’insultant sans retenue, le paternalisant et le méprisant sans aucune gêne et allant même jusqu’à suggérer en public et en privé qu’il devrait démissionner puisqu’il était un problème pour son entreprise et ses étudiants ».

Plusieurs extraits de conversations entre Éthienne Lessard-Lafond et David Deschênes entre septembre 2016 et septembre 2017, des échanges de courriels en juin 2018 et les commentaires du défendeur recensés sur Google Reviews ont été déposés comme pièces au soutien de la poursuite en dommages et intérêts menée par Me Julien Fortier de Québec.