Marc-André Fuoco a été accusé de l'incendie criminel de la rue Saint-Louis.

L'incendiaire présumé du centre-ville peut faire face aux accusations

Accusé d'être à l'origine des incendies criminels de la rue Saint-Louis et de la rue Galt Ouest du 9 décembre à Sherbrooke, Marc-André Fuoco a été déclaré apte à faire face au processus judiciaire.
Se basant sur les conclusions de la psychiatre judiciaire Dre Martine Bérubé, Fuoco a été déclaré apte à comparaître par le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.
Il a été accusé d'incendie criminel sur la rue Saint-Louis, d'introduction par effraction et de divers bris d'engagement, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.
L'homme de 35 ans a été arrêté le 9 décembre à la suite de l'incendie criminel allumé sur le balcon du 3e étage du 865 de la rue Saint-Louis.
Libéré sous conditions par les policiers, l'homme serait retourné au 412 de la rue Galt Ouest, où un deuxième incendie a été allumé. Une accusation en lien avec cet incendie a aussi été autorisée.
Marc-André Fuoco avait été confié le 12 décembre dernier au département de psychiatrie du CHUS.
Son avocat, Me Benoit Gagnon de l'aide juridique, a reporté l'enquête sur remise en liberté au 4 janvier.
C'est Me Marie-André Ayotte qui représente le ministère public dans cette affaire.
Le voleur allégué de Windsor apte à comparaître
Évalué en psychiatrie légale pendant la période de Noël, Patrick Dupuis a été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires.
Me Michel Dussault, pour Me Christian Raymond, a demandé que l'enquête sur remise en liberté de son client soit reportée à jeudi.
Dupuis a enregistré des plaidoyers de non-culpabilité à six accusations d'introduction par effraction et de possession d'outils de cambriolage au palais de justice de Sherbrooke.
Un policier en civil a permis l'arrestation du voleur de résidence allégué à Windsor le 20 décembre. L'homme de 40 ans a été intercepté en flagrant délit d'introduction par effraction sur la rue Stanley.
Le policier en civil a aperçu le suspect qui se dirigeait vers un duplex. Sachant que plusieurs introductions par effraction avaient été commises durant le jour à Windsor, le policier a communiqué avec son collègue en devoir pour qu'il vienne le rejoindre, tout en continuant à observer les agissements du suspect.
Dupuis aurait tenté de s'introduire dans le logement. Les deux policiers sont alors intervenus pour procéder à son arrestation. L'individu avait des outils de cambriolage sur lui.
Patrick Dupuis possède une longue feuille de route criminelle.Il était en attente de procès pour d'autres vols qu'il aurait commis à Windsor. Des accusations de vol simple, de port de déguisement, de fraude, d'utilisation frauduleuse de cartes de crédit, de trafic de stupéfiants et de possession de méthamphétamine pèsent déjà contre lui pour divers épisodes criminels dont il aurait été l'auteur en 2015.
C'est Me Nathalie Robidoux qui représente le ministère public dans les derniers dossiers d'introduction par effraction autorisés pour les gestes de décembre 2016 à Windsor.