Guillaume Bélanger

L'incendiaire allégué Guillaume Bélanger va en thérapie

L'incendiaire allégué Guillaume Bélanger a été confié à une maison de thérapie pour traiter ses problèmes de dépendance à Sherbrooke.
Bélanger aurait allumé sept incendies à Sherbrooke dans la nuit du 16 au 17 septembre dernier.
Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a consenti à remettre Bélanger en liberté, mais en lui imposant de rester 24 heures par jour, sept jours par semaine en thérapie et respecter tous les règlements de cet endroit. 
L'avocat de La Défense Me Marc-André Champagne de l'aide juridique et le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille se sont entendus sur diverses autres conditions de remise en liberté pour Bélanger  dont celles de ne pas consommer de drogue et d'alcool.
En début de semaine, Guillaume Bélanger avait été déclaré  apte à faire face aux procédures judiciaires. 
L'homme de 25 ans fait face à sept accusations d'incendie criminel et méfait de moins de 5000 $.
Guillaume Bélanger avait été arrêté le 18 septembre par le Service de police de Sherbrooke. Les événements en cause seraient survenus dans la nuit du 16 au 17 septembre.  
Les incendies auraient été allumés entre 22 h 21 et 2 h dans la nuit de vendredi à samedi. 
Un premier incendie s'est déclaré sur la rue Denault à 22 h 21, puis sur les rues Montréal, Terrill, Murray, Conseil et Ontario, selon des intervalles allant de 10 à 40 minutes.
Deux cabanons, deux bâtiments, l'église Eckankar de la rue Montréal ainsi que des bacs de recyclage ont été endommagés. 
Guillaume Bélanger n'est pas connu des milieux policiers.
Son dossier reviendra devant le tribunal le 24 novembre prochain.