L'évaluation psychiatrique d'un incendiaire allégué prolongée

L'évaluation psychiatrique de Marc-André Fuoco se poursuivra durant la période des Fêtes.
Fuoco est accusé d'être à l'origine des incendies criminels de la rue Saint-Louis et de la rue Galt Ouest du 9 décembre à Sherbrooke.
Malgré les questions de l'accusé au tribunal, lundi, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec a prolongé l'évaluation sur l'aptitude à comparaître faite par la psychiatre Dre Martine Bérubé.
Fuoco n'était pas d'accord avec cette prolongation.
«Ce n'est pas votre choix. Cette prolongation a été demandée par le tribunal et cette prolongation est nécessaire pour que la Dre Bérubé puisse compléter son évaluation», a mentionné la juge Desgens.
Marc-André Fuoco a été confié le 12 décembre dernier au département de psychiatrie du CHUS.
Des accusations d'incendie criminel sur la rue Saint-Louis, d'introduction par effraction et divers bris d'engagement ont été autorisées contre lui.
L'homme de 35 ans a été arrêté le 9 décembre dernier à la suite de l'incendie criminel allumé sur le balcon du 3e étage du 865 de la rue Saint-Louis.
Libéré sous conditions par les policiers, l'individu serait retourné au 412 de la rue Galt Ouest où un deuxième incendie a été allumé. Une accusation en lien avec cet incendie a aussi été autorisée.
Son avocat, Me Benoit Gagnon de l'aide juridique, a fixé le retour du dossier au 28 décembre prochain.
C'est Me Marie-André Ayotte qui représente le ministère public dans cette affaire.