Les policiers de Magog sortent l’arme à impulsion

Les policiers de Magog ont eu maille à partir avec un individu qui leur a donné du fil à retordre une bonne partie de la fin de semaine dernière. Ils ont même dû utiliser une arme à impulsion.

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2h15, les agents de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) ont reçu un appel concernant un individu qui marchait au milieu de la rue Sherbrooke à Magog. Arrivés sur place, les policiers ont reconnu l’homme de 31 ans qui se trouvait en liberté mais qui a des conditions de la cour de garder la paix et avoir une bonne conduite.

«Ce dernier est aussi intoxiqué par l’alcool et la drogue. Le tout a conduit à son arrestation pour manquements aux conditions de sa probation», mentionne Sylvain Guay, lieutenant à la RPM.

«Lors de sa fouille, il a aussi été arrêté pour possession d’une faible quantité de méthamphétamine. Il a été libéré par voie de sommation pour étude de son dossier.»

Mais le même homme a fait l’objet d’un autre appel dimanche soir à 21h concernant du trouble, toujours sur la rue Sherbrooke. L’homme était encore intoxiqué, ajoute M. Guay. «Lors de son arrestation, il explique aux policiers qu’il n’a aucune intention de se faire arrêter et d’écouter les directives des policiers», dit-il.

«L’un des policiers sur place, en possession d’une arme à impulsion électrique, explique au suspect qu’il n’aura pas d’autre choix que d’utiliser cette arme s’il n’obtempère pas. Au final l’arme a été utilisée et personne n’a été blessé et l’individu arrêté.»

Un des policiers de la RPM avait été blessé lors de l’arrestation du même individu au printemps dernier, alors qu’il offrait de la résistance physique. Lors de cette arrestation, le suspect était encore en possession d’une faible quantité de méthamphétamine, se souvient le lieutenant Guay.

Cette fois-ci, l’homme a été gardé détenu en attendant sa comparution devant un juge au palais de justice de Sherbrooke, souligne-t-il.