Les faits divers en bref

Gare aux fraudes via texto
Le Service de police de Sherbrooke (SPS) met la population en garde contre un nouveau type de fraude, via téléphone cellulaire cette fois.
Des fraudeurs font parvenir un texto à leurs victimes concernant des virements à partir de leur compte bancaire, explique Samuel Ducharme, porte-parole du SPS.
« On porte à notre attention dans les derniers jours, l'apparition d'un nouveau type de fraude par texto. Il s'agit d'un faux transfert Interac reçu par téléphone cellulaire, explique-t-il. Si jamais vous recevez un texto ou un courriel dont vous doutez de la provenance, nous suggérons de ne pas l'ouvrir, même pour vérifier. »
« On voit ça de plus en plus. Il ne faut pas cliquer. Quand on a cliqué, il est trop tard. »
En cliquant, on ouvre une brèche qui donne accès à nos données personnelles, ce qui est une mine de renseignements pour les fraudeurs qui usent de plus en plus d'ingéniosité pour atteindre leur but, ajoute M. Ducharme.
Le SPS suggère de supprimer le message, de vérifier la validité avec son service de police ou de contacter l'émetteur « alléguée », comme un fournisseur de téléphonie cellulaire par exemple, pour savoir si les messages-textes pour des virements Interac font partie de leurs procédures.
On peut aussi consulter le site web www.antifraudcentre-centreantifraude.ca pour en savoir plus sur ce type d'arnaque.
Le SPS n'a pas reçu de plainte à ce sujet, mais Samuel Ducharme affirme que des personnes de son entourage ont reçu des textos du genre dans les derniers jours.
Cette nouvelle fraude s'ajoute aux autres hameçonnages par courriel notamment qui polluent l'univers informatique de nos jours, signale M. Ducharme.
« Les fraudeurs se raffinent », dit-il.
«Un bon indice pour savoir s'il s'agit d'une fraude, on peut examiner l'adresse courriel du message que l'on reçoit. Souvent, ça ne correspond pas avec l'entreprise qui supposément veut nous contacter.» Claude Plante
Un incendie rapidement maîtrisé à l'école La Montée
Un début d'incendie a été rapidement maîtrisé, dans la nuit de lundi à mardi, au pavillon Saint-François de l'école La Montée de Sherbrooke.
Vers 1h du matin, les pompiers ont été appelés à se rendre sur les lieux à la suite du déclenchement d'une alarme d'incendie.
À leur arrivée, ils ont constaté qu'un incendie avait pris naissance dans un local de l'école, raconte Daniel Gingras, directeur adjoint du service des incendies de Sherbrooke.
L'incendie aurait été allumé par un réchaud qui était demeuré allumé à la fin des classes, la semaine dernière, pour le congé de la relâche scolaire.
«Le feu est demeuré confiné dans un local, note M. Gingras. Les dommages sont évalués à 75 000 $. »
«Une fois la source du feu trouvée, on a pu procéder rapidement. Une quinzaine de pompiers ont appelés sur place.»
Daniel Gingras ajoute que des travaux de nettoyage doivent avoir lieu. Une odeur de fumée s'est répandue dans le reste du pavillon Saint-François de l'école La Montée. Claude Plante
Le feu s'attaque à une maison à Magog
Une résidence familiale de Magog a été lourdement endommagée par un incendie survenu dans la nuit de dimanche à lundi.
Les pompiers magogois ont été appelés à se rendre au 105 du chemin Renaud, vers 1h30. On leur signalait un feu de cheminée.
À leur arrivée, le feu s'était attaqué à un mur extérieur de la maison abritant deux adultes et trois enfants.
«Tout le monde avait évacué quand nous sommes arrivés sur les lieux», mentionne le chef aux opérations chez les pompiers, Michel Boudreau.
Une heure plus tard, le feu était maîtrisé, ajoute M. Boudreau. L'eau a aussi causé des dommages.
On évalue les dommages à environ 150 000 $. Le bâtiment n'est pas une perte totale. Claude Plante