Les faits divers en bref

Un individu déjoué par ses blessures
Le sang d'une blessure laissé sur les lieux d'une introduction par effraction dans l'est de Sherbrooke pourrait permettre d'y relier un individu de 27 ans.
L'individu a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi alors qu'il se trouvait dans un très mauvais état dans les toilettes du bar de l'hôtel Albert sur la rue King Est.
« L'individu n'allait vraiment pas bien. Il avait une blessure importante au bras et saignait beaucoup. Il a été transporté au CHUS pour soigner ses blessures. C'est un individu bien connu des services policiers », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.
Deuxième suspect
Les enquêteurs du SPS pourraient le relier à un vol dans un logement de la 4e avenue vers 23 h 15, jeudi soir.
« Deux individus avec des cagoules ont tenté d'entrer dans le logement en cassant une vitre. L'un des suspects s'est alors blessé. Du sang a été retrouvé sur les lieux. Nous allons tenter de relier cet échantillon de sang avec celui prélevé de l'homme retrouvé ensanglanté à l'hôtel Albert », mentionne le porte-parole du SPS.
Le SPS tente de comprendre pourquoi les deux suspects se trouvaient au 252 de la 4e avenue.
« Nous cherchons à identifier le deuxième suspect », signale Martin Carrier du SPS.
Toute information concernant cette affaire peut être communiquée au SPS au 819-821-5555 ou à Échec au crime au 1-800-711-1800. René-Charles Quirion
Jacques Vinet
Le dossier de Vinet chemine
L'individu qui aurait menacé de s'en prendre au personnel de la cour municipale de Magog devrait prendre position dans son dossier en mai prochain.
Jacques Vinet était de retour, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke.
L'homme de 67 ans, qui réside à Mont-Saint-Hilaire en Montérégie, est accusé de menace de mort.
Les agents de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent se sont pointés chez lui le 8 décembre 2015, alors que ceux de Magog montaient la garde à la cour municipale, qui se trouve à l'hôtel de ville.
Vinet y avait subi son procès pour avoir laissé un chien sans surveillance dans une automobile pendant une période de grande chaleur en août 2016 à Magog.
À la suite du procès pour une amende de 77 $, le juge a avisé les parties qu'il prenait sa décision en délibéré et qu'il donnerait un jugement écrit dans cette affaire au courant des semaines à venir.
De retour à son domicile de Mont-Saint-Hilaire, l'homme aurait communiqué avec le personnel de la cour municipale de Magog et pendant la conversation, il aurait menacé de mort la personne qui avait répondu à l'appel, soit de se présenter et de lui tirer une balle dans la tête. Une plainte pour menaces de mort avait été déposée.
L'avocat de la défense Me Guy Plourde a remis le dossier de son client au 19 mai prochain.
Un bâtiment de la ferme Tétreault à Maricourt a été la proie des flammes vendredi matin.
Une vingtaine de veaux périssent dans un incendie
Un incendie a complètement ravagé un bâtiment de la ferme Tétreault, située sur le 7e rang à Maricourt, vendredi matin. Une vingtaine de veaux ont péri dans les flammes.
Les services de sécurité incendie de Valcourt et de Sainte-Christine ont reçu l'appel à 8 h 50. À leur arrivée sur les lieux, l'embrasement était généralisé. « Il n'y avait rien à faire. Il y avait beaucoup de foins dans la grange, ce qui a accéléré l'embrasement », explique Jacques Leclair, directeur du service des incendies de Sainte-Christine.
Une quarantaine de pompiers furent nécessaires pour venir à bout du brasier.
En après-midi, une pelle mécanique procédait à la démolition du bâtiment. On ignorait toujours la cause de l'incendie.