Les faits divers en bref

Une conductrice distraite par une araignée
La collision frontale est survenue sur la rue Galt Ouest.
Une araignée dans un véhicule est à l'origine d'un accident avec blessé survenu, mercredi, à Sherbrooke.
Une femme a été blessée lors de cette collision frontale à basse vitesse survenue sur la rue Galt Ouest.
Le véhicule qu'elle conduisait en direction est a dévié de sa voie pour se retrouver face à face avec un camion de Videotron qui venait en sens inverse.
« La conductrice de l'autre véhicule m'a mentionné qu'elle avait été distraite par une araignée dans sa voiture. Elle s'est retrouvée dans ma voie et je n'ai pu l'éviter », explique l'employé de Videotron impliqué dans cet accident, Michaël Houde.
Le Service de police de Sherbrooke confirme que la dame impliquée a subi des blessures mineures. Elle a été transportée à l'hôpital par mesure préventive.
L'accident survenu vers 8 h 10 a entraîné la fermeture de la rue Galt Ouest entre les rues Laflèche et Letendre pendant au moins trente minutes. René-Charles Quirion
Un octogénaire plaide coupable
Un octogénaire a reconnu une agression sexuelle commise alors qu'il visitait sa soeur au CHSLD d'East Angus.
Les gestes ont été commis le 26 juillet 2015 en soirée.
En visite à l'établissement pour voir sa soeur, l'homme s'est retrouvé dans la chambre d'une inconnue.
L'individu a reconnu être entré dans la chambre de la victime à deux reprises lors de sa visite. Affectée par des troubles cognitifs causés par la maladie d'Alzheimer, cette dernière n'était aucunement en état de consentir ou de s'opposer aux gestes posés par l'accusé.
Il a d'abord touché la femme aux seins sous sa robe de chambre. À la deuxième reprise, il a été surpris par un membre du personnel du CHSLD alors qu'il mettait sa main sur la cuisse de la femme.
L'octogénaire avait fait des aveux aux policiers de la Sûreté du Québec qui avaient procédé à interrogatoire.
L'accusé a répondu « oui, c'est vrai » lorsque le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, lui a demandé s'il reconnaissait ces gestes.
L'avocat de la défense Me Michel Dussault a présenté des documents à la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre concernant l'état cognitif de son client qui présente un début d'Alzheimer.
« Les documents médicaux ne permettent pas à la couronne de tirer des conclusions », a expliqué au tribunal Me Saint-Pierre.
L'accusé devra donc se soumettre à une évaluation afin que soit confectionné un rapport présentenciel dans ce dossier.
Accompagné par sa femme comme à chacune des parutions devant le tribunal, l'accusé semblait égaré dans la salle d'audience.
Les observations sur la peine doivent se dérouler le 14 septembre prochain.
La fille de la victime compte bien être présente pour la suite des procédures.
« Je tiens à être présente au tribunal. Il faut que les gens soient informés de ce que cet homme a fait. Il ne doit plus avoir accès aux personnes vulnérables. C'est une question de dignité. Ma mère se serait défendue si elle avait été apte à le faire », indique-t-elle. La résidante qui a été agressée est décédée depuis le dépôt des accusations. René-Charles Quirion
Sept hommes arrêtés pour trafic de drogue
La Sûreté du Québec (SQ) a frappé dans la région de Lac-Mégantic pour mettre en échec des activités de trafic de drogue.
Sept hommes ont été arrêtés pour le trafic de stupéfiants mercredi avant-midi, annonce la SQ dans un communiqué de presse. Une série de perquisitions ont eu lieu dans des résidences situées à Lac-Mégantic, Marston et Lambton.
« Les policiers ont saisi des comprimés s'apparentant à de la méthamphétamine ainsi que de l'argent », signale la sergente Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ.
La SQ avait les suspects à l'oeil depuis quelques mois, ajoute-t-elle. Diverses techniques d'enquête ont été utilisées avant d'en arriver à cette rafle.
Des enquêteurs de différents détachements estriens ont oeuvré conjointement avec ceux des postes des MRC Beauce-Sartigan et des Appalaches ainsi que de l'ERM Estrie pour procéder à cette opération. Claude Plante
Kevin Rousseau condamné à un an de prison
Kevin Rousseau passera la prochaine année derrière les barreaux.
Recherché sur mandat, Rousseau a été arrêté à Winnipeg à la fin mai. Il est détenu depuis ce moment.
Il avait pris le large vers l'Ouest canadien avec une adolescente qu'il fréquentait.
Cette dernière n'a rien à voir dans le dossier pour lequel il a reconnu sa culpabilité.
Devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec, il a plaidé coupable aux accusations de leurre informatique d'une adolescente ainsi que d'avoir sollicité les services sexuels d'une mineure contre rétribution.
En discussion par message texte avec la victime, Rousseau lui a offert 100 $ pour avoir une relation sexuelle complète avec elle.
Ce sont essentiellement les faits qu'il a reconnus dans cette affaire survenue entre le 1er juillet et le 10 octobre 2016 à Sherbrooke.
Pour retrouver Kevin Rousseau, le Service de police de Sherbrooke avait lancé un avis de recherche pour retracer l'individu de 20 ans et sa conjointe de 17 ans. Le couple avait quitté Sherbrooke abruptement à la fin mai.
Une escorte policière avait fait le voyage jusqu'à Winnipeg pour ramener Rousseau au bercail.
Si sa conjointe, qui n'est pas la victime alléguée, a été confiée aux autorités de la direction de la protection de la jeunesse, Rousseau est resté détenu.
La peine à Kevin Rousseau a été imposée à la suite d'une suggestion commune de l'avocat de la défense Me Christian Raymond et de la procureure aux poursuites criminelles Me Marilène Laviolette.
René-Charles Quirion