Les faits divers en bref

Le SPS saisit pour 68 000 $ de cannabis

Le groupe ACCÈS cannabis a saisi 6800 grammes de cannabis d’une valeur d’environ 68 000 $. De la cocaïne, du crack, des champignons magiques et 17 020 $ en argent ont également été trouvés au même endroit, mardi, à Sherbrooke.

Le Service de police de Sherbrooke et la Régie de police de Memphrémagog ont effectué cette perquisition au 2872 de la rue Thivierge. Un homme de 22 ans et une femme de 21 ans, qui n’étaient pas connus des policiers, ont été arrêtés puis libérés avec promesse de comparaître. 

« Le suspect dans notre dossier a tenté de faire l’expédition dans une autre province de 6800 grammes de cannabis placé dans 24 sachets scellés. [...] Il s’agissait aussi d’un lieu où il y avait de la vente de stupéfiants », peut-on lire dans le communiqué du SPS. 

Du matériel lié au trafic de stupéfiants ainsi qu’une Ford Fiesta 2015 ont aussi été saisis par les agents. 

+

Le jeune homme et son père de 53 ans, tous deux connus du RPM, ont été libérés avec promesse de comparaître.

Un père et son fils arrêtés à Magog

Une interception à la suite d’une infraction à la sécurité routière a pris de grandes proportions, lundi, à Magog. 

Lors de l’intervention des agents de la paix, le passager du véhicule, un jeune homme de 21 ans, aurait proféré des menaces aux policiers et aurait entravé leur travail, selon la Régie de police de Memphrémagog (RPM). 

Le père de cet individu serait ensuite arrivé en trombe sur les lieux, perdant la maîtrise de son véhicule. Celui-ci aurait donc franchi une piste cyclable, monté sur la chaîne de trottoir et aurait immobilisé son véhicule sur le gazon en face du Tim Horton’s de la rue Sherbrooke. 

« Aussitôt débarqué de son véhicule, le père a commis une voie de fait sur un policier et ceux-ci ont procédé à son arrestation », précise l’organisation dans un communiqué de presse.

« C’est sûrement [le jeune homme] qui a appelé son père avec son cellulaire, mais l’histoire ne le dit pas. Il a été informé de l’arrestation de son fils et il est arrivé en furie », précise la lieutenante intérimaire du RPM, Nathalie Fréchette. 

Le jeune homme et son père de 53 ans, tous deux connus du RPM, ont été libérés avec promesse de comparaître. 

+

L’automobiliste est tombé dans un trou sur l’autoroute 10. Les pancartes avertissant une zone de travaux étaient bien installées.

Autoroute 10 : un automobiliste fait fi des travaux et reste pris dans un trou

Un automobiliste téméraire a fait fi des travaux sur l’autoroute 10 et est tombé dans un trou, vers 4 h, mercredi matin.

« Tout est bien indiqué, assure la porte-parole de la Sûreté du Québec, Aurélie Guindon. L’automobiliste a quand même décidé de passer dans la portion qui était interdite et est tombé dans un trou. Il n’est pas blessé, mais c’est sa témérité qui a fait en sorte qu’il s’est retrouvé dans cette position. »

Le conducteur, un Estrien âgé d’une cinquantaine d’années, n’avait pas les capacités affaiblies. Un constat d’infraction pour avoir commis une action dangereuse pourrait lui être remis. « C’est assez dispendieux. On parle de quatre points d’inaptitude et 1546 $ d’amende », précise Aurélie Guindon. 

+

Deux immeubles sur trois ont été complètement détruits par les flammes à Sainte-Clotilde-de-Horton.

Nuit occupée pour les pompiers du Centre-du-Québec

Trois immeubles d’habitation ont été la proie des flammes au cœur de la municipalité de Sainte-Clotilde-de-Horton et une résidence a brûlé à Drummondville, respectivement dans la nuit de mercredi et mardi soir. Trois des quatre bâtiments ont été déclarés perte totale par les pompiers. 

À Sainte-Clotilde-de-Horton, trois résidences étaient touchées à l’arrivée des pompiers dans la nuit de mercredi. « Deux résidences, pour un total de six logements, sont complètement détruites. Trois autres logements ont été sauvés in extremis », indique le directeur de sécurité incendie de Notre-Dame-du-Bon-Conseil et de Sainte-Clotilde, Frédérick Marcotte, ajoutant qu’au plus fort du brasier, une soixantaine de pompiers de quatre municipalités le combattait. 

« De ce qu’on pense, le point d’origine serait à l’extérieur d’un des logements qui étaient inhabités, enchaîne-t-il. Quatre familles se retrouvent à la rue et ont été confiées à la Croix-Rouge. Une mère et son enfant ont été légèrement blessés. »

La Sûreté du Québec est responsable de l’enquête. 

À Drummondville, l’oubli d’une chandelle à la citronnelle a résulté de la perte totale d’une maison.

À Drummondville

À Drummondville, une résidence de la rue Caselli a été déclarée perte totale. Le brasier, qui a pris naissance vers 21 h 30 mardi soir, aurait été causé par une chandelle à la citronnelle qui n’avait pas été éteinte sur le patio. 

« Les gens se sont aperçus que le feu était pris sur un sofa à l’extérieur. Le divan était collé à la résidence. La propagation a été assez rapide : le feu est monté dans l’entretoit par le soffite », explique Pascal Roux du Service des incendies de Drummondville, calculant que les dommages sont de plus de 400 000 $. Les propriétaires de la maison étaient assurés. 

Si la chaleur et la sécheresse n’ont rien à voir avec l’incendie, elles ont quand même compliqué le travail des 25 pompiers qui se sont déplacés sur les lieux. « Il faisait chaud pour combattre l’incendie. Il y a des mesures à prendre pour ce qui est de l’hydratation. Ça prend un peu plus de personnel. Ça ne nous aide pas », confirme-t-il. 

Les pompiers de Drummondville sont assez occupés dernièrement : un autre feu du même genre s’est déclaré à Drummondville lundi à cause d’un mégot de cigarette.