Les délais s’allongent dans le dossier de Samuel Fabi accusé de divers crimes en lien avec la pornographie juvénile.

Les délais s’allongent pour Samuel Fabi

Les délais s’allongent dans le dossier de Samuel Fabi accusé de divers crimes en lien avec la pornographie juvénile.

L’individu de 28 ans est accusé de leurre informatique entre mars 2015 et janvier 2016 et de possession, distribution et production de pornographie juvénile entre août 2014 et mars 2016. Devant le tribunal, mardi, il devait fixer la date de son procès prévu pour « trois à quatre » jours, chose qui n’a pas été possible étant donné l’absence de l’avocat de la défense Me Michel Dussault.

« Les délais commencent à être longs dans ce dossier prévu pour plusieurs jours. Si ça se poursuit et que nous n’avons pas les disponibilités de Me Dussault, le droit à l’avocat de son choix ne fonctionnera plus », a exprimé le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec devant le tribunal.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a expliqué que plusieurs témoins policiers doivent être entendus. « Je dois regarder la preuve avec la défense pour savoir si des admissions sont possibles afin de restreindre la durée du procès », a signalé Me Saint-Pierre. Le dossier a été reporté au 16 avril prochain.

Bousselsal change d’avocat au moment de plaider coupable

Au moment où il s’apprêtait à plaider coupable à Sherbrooke, Mossaab Bousselsal a retiré le mandat à son avocat et a décidé de subir son procès.

L’individu de 27 ans s’apprêtait à plaider coupable à des accusations d’introduction par effraction, de vol qualifié, de voies de fait causant des lésions corporelles et d’extorsion devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec mardi au palais de justice de Sherbrooke lorsqu’il a changé son fusil d’épaule.

« Je veux prendre le temps de trouver un nouvel avocat », a exprimé l’accusé, qui est détenu.

Les événements pour lesquels il est accusé seraient survenus le 28 octobre 2017 sur la rue Clément dans le secteur Saint-Élie.

Bousselsal aurait participé aux événements par la complicité, mais il n’aurait pas utilisé la violence.

Il se serait rendu chez le plaignant en compagnie de trois autres individus. Bousselsal et deux autres suspects auraient pénétré à l’intérieur du domicile du plaignant.

C’est l’accusé qui connaissait la victime alléguée dans cette affaire.

Les suspects auraient fouillé la maison et seraient repartis avec certains objets.

Ils auraient forcé le plaignant à entrer dans leur véhicule.

Ils l’auraient alors contraint à retirer une somme d’argent qu’il a remise aux suspects. Le plaignant a été laissé dans un commerce situé à proximité du guichet automatique.

Seul Bousselsal a été retrouvé par le Service de police de Sherbrooke dans cette affaire.

Il est donc le seul qui a été mis en accusation.

Le juge Vanchestein a demandé à l’accusé de se trouver un nouvel avocat d’ici les trois prochaines semaines.

« C’est à vous à faire les démarches. Le 10 avril, vous devrez revenir avec un nouveau procureur », a mentionné le juge Vanchestein.

Le dossier sera de retour devant le tribunal le 10 avril prochain.

Le SPS recherche encore des suspects dans cette affaire.

Toute information peut être communiquée à la division des enquêtes du SPS au 819 821-5555 ou à Échec au crime au 1 800 711-1800.